Lyon 3e Avenue Félix-Faure : les riverains rêvaient d’un square, ils auront un immeuble de logements de 7 étages

Un immeuble de 34 logements devrait remplacer ce commerce.  Photo Progrès /Bolat KUTLU
Un immeuble de 34 logements devrait remplacer ce commerce. Photo Progrès /Bolat KUTLU

Trente-quatre logements vont être construits dans l‘avenue Félix-Faure. Un collectif de riverains s’oppose à ce projet immobilier et dénonce la création « d’un paquebot bétonné qui écrasera le site de l’Ecole Meynis ».

À l’angle de l’avenue Félix-Faure et de la rue Meynis, se prépare une opération immobilière de taille.

Haut de sept étages, cet immeuble de 34 logements devrait remplacer l’ancien commerce de vente de voitures. Un collectif de riverains peine à voir l’objectif. « On se demande encore pourquoi la mairie centrale a accepté un tel projet. Cela ne correspond pas à la problématique de la ville », se questionne Pascale, ayant travaillé dans la ville de Villeurbanne sur ces questions d’urbanisme pendant une vingtaine d’années.

Le problème ? « Il y en a beaucoup. C’est une construction imposante de 30 mètres, c’est un paquebot bétonné et qui écrasera littéralement le site de l’Ecole Meynis, avec une ombre permanente où des enfants ne verront plus rien. La façade prévue en angle est massive, bien loin d’une façade aérée, légère et végétalisée », déplore-t-elle.

 Ce commerce devrait bientôt disparaître.   Photo Progrès /Bolat KUTLU
Ce commerce devrait bientôt disparaître.   Photo Progrès /Bolat KUTLU
 Anne et Pascale, riveraines.   Photo Progrès /Bolat KUTLU
Anne et Pascale, riveraines.   Photo Progrès /Bolat KUTLU
 Le permis de construire, affiché. Photo Progrès /Bolat KUTLU
Le permis de construire, affiché. Photo Progrès /Bolat KUTLU
 Ce commerce devrait bientôt disparaître.   Photo Progrès /Bolat KUTLU  Anne et Pascale, riveraines.   Photo Progrès /Bolat KUTLU  Le permis de construire, affiché. Photo Progrès /Bolat KUTLU

17 stationnements pour 34 logements

Voitures en doubles files, inquiétudes des habitants… Avec une rue piétonnisée aux horaires d’ouverture et fermeture de l’école, beaucoup de monde se retrouve sur place et il est toujours très compliqué de se garer. « En ajoutant des logements, cela sera encore pire. Ce projet densifiera la population, tout en augmentant le nombre de voitures mais n’offrira que 17 stationnements en sous-sol. Ce sera donc mission impossible pour se garer », confie Anne, habitante.

« Nous aurons un bâtiment gigantesque »

L’annonce de projet est bien loin de ce qu’espéraient les habitants. « Nous caressions le doux rêve de la création d‘un square amenant respiration et lieu intergénérationnel, juste en face de l’école. Au lieu de cela, nous aurons un bâtiment gigantesque », déplore Pascale. La solution préconisée est un stationnement par logement avec trois ou quatre étages de moins. Depuis, une pétition a commencé et un recours gracieux a été déposé auprès de l’Urbanisme.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?