LYON 1er | Urbanisme Ces Croix-Roussiens qui dénoncent « le bétonnage dément des Pentes »

Tout au bout de la rue des Tables-Claudiennes, le petit bâtiment placé à gauche devrait être remplacé par une "maison individuelle" avec bureau.  Photo Progrès /Aline DURET
Tout au bout de la rue des Tables-Claudiennes, le petit bâtiment placé à gauche devrait être remplacé par une "maison individuelle" avec bureau.  Photo Progrès /Aline DURET

Un projet de construction d’une maison individuelle au cœur des Pentes de la Croix-Rousse, rue des Tables-Claudiennes… L’idée avait de quoi séduire associations et habitants souvent agacés face à des projets immobiliers qu’ils jugent bien trop denses..  Mais ils ont vite déchanté.

Tous les espoirs étaient permis, face à une densité qui effraye et une demande récurrente de nature en ville. Mais voilà, le permis de construire accordé par les nouveaux élus pour une maison individuelle avec bureau, tout au bout de la rue des Tables-Claudiennes, « s’avère être un immeuble de quatre étages ». Et là, ça passe mal.

« Le bétonnage se poursuit ». L’intervention de “Sauvons la Croix-Rousse” sur les réseaux sociaux a mis le feu aux poudres. « On continue de façon aberrante à construire sur les pentes de la Croix-Rousse quartier le plus dense de Lyon » disent les membres de ce collectif, qui regrettent avec des immeubles plus hauts, « la disparition de l’un des rares espaces de lumière et de respiration encore intact dans le quartier ». Et évoquent aussi des « risques de glissement de terrain et de dommages aux bâtiments ».

« On veut le bleu du ciel »

Alors maison individuelle ou immeuble ? Ce permis, comme le souligne Sauvons la Croix-Rousse semble entretenir l’ambiguïté.

Qu’entend-on en fait, par maison individuelle ? Avocat au Barreau de Lyon, Me Édouard Raffin explique : « Juridiquement, selon le code de la construction, une maison individuelle peut être un immeuble à usage d’habitation ou à usage professionnel et d’habitation, il doit compter au maximum deux logements destinés au même maître d’ouvrage ». Voilà pour la définition.

Le projet dont il est question comporterait, selon le collectif six chambres indépendantes.

Pour des logements touristiques ? interroge-t-il. Il n’empêche. L’opération fait bondir certains internautes, nombreux à s’exprimer à ce propos. « On veut le bleu du ciel, le vert des arbres qui nous régulent la température lors des journées caniculaires », écrit l’un d’entre eux.

« Pourquoi s’y opposer ? »

« Elle était sympa cette maison et laissait un bout d’horizon aux Tables-Claudiennes », peut-on lire sur le site. « Les bâtiments démolis sont franchement moches, non ? Pourquoi s’y opposer ? », se demande un habitant alors que d’autres trouvent le projet « disharmonieux » et demandent s’il existe une pétition pour interpeller les élus de la ville.

Le débat est ouvert dans les Pentes. Car il y a des déçus dans l’histoire. Ceux qui espéraient une pause alors que les nouveaux élus écologistes disent ne pouvoir agir sur « les coups partis ». Et puis il y a ceux, plus sévères, qui parlent de « trahison » : « Quand allons-nous pouvoir arrêter le bétonnage dément de la Croix-Rousse ? » L’une des réponses se trouve sans doute dans une prochaine modification du Plan local d’urbanisme.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?