Lyon 1er Piétonnisation: les commerçants réclament plus de concertation avant les mesures

Il y a tout juste un an, l’expérimentation de la piétonnisation avait rencontré un vif succès. Ici la rue Capucins est désormais fermée partiellement, de la Grande Côte à la rue Terme. Photo Nadine MICHOLIN
Il y a tout juste un an, l’expérimentation de la piétonnisation avait rencontré un vif succès. Ici la rue Capucins est désormais fermée partiellement, de la Grande Côte à la rue Terme. Photo Nadine MICHOLIN

Les élus du 1er ont reçu le 21 septembre les associations de commerçants, riverains et conseils de quartier pour établir un bilan de la mise en œuvre de l’arrêté de piétonnisation nocturne. L’occasion d’échanger sur les prochaines étapes visant à apaiser les secteurs Capucins/Bas des Pentes par des modifications de circulation.

À chacun ses problématiques : d’un côté, les commerçants sensibles à la circulation, la dégradation de l’espace public, les incivilités quotidiennes, de l’autre des riverains préoccupés par les nuisances nocturnes, les rodéos et le bruit.

Si tous dénoncent une situation qui se dégrade (alcool et trafic de drogue en prime), ils abordent avec bienveillance la piétonnisation.

Un sujet où les habitants furent précurseurs en la matière dès 2013 avec la rue Paul-Chenavard, puis le bas des Pentes en 2016 et 2017 (10 rues entre la place des Terreaux et la rue Leynaud).

Fermeture partielle rue des Capucins

Il y a tout juste un an, l’expérimentation de la piétonnisation avait rencontré un vif succès dans le 1er.

Depuis, les Verts en lien avec la Métropole accélèrent le processus.

Ils ont pris un arrêté le vendredi 24 juillet , sur les secteurs bas des Pentes, Romarin-Capucins d’interdiction à la circulation automobile, les vendredis et samedis soir entre 22 heures et 4 heures du matin (1).

Quels effets la fermeture partielle de la rue des Capucins (de la Grande Côte à la rue Terme), décision de la mairie du 1er le 23 septembre dernier a sur la sécurité, la fluidité, le bruit ?

Pour les commerçants, cette démarche de fond doit s’inscrire dans la durée. « Il est trop tôt pour dresser un constat. Les gens doivent changer leurs habitudes. On déplace le problème rue Leynaud dont la configuration ne permet pas de supporter un trafic supérieur à celui qui est déjà en place (bruit, étroitesse) », s’inquiète Nelly Sitbon (La Vitrine des Pentes)

« Les usagers n’ont pas été concertés sur sa légitimité ni sur les reports de circulation possibles et les conséquences tant pour les riverains que pour les commerçants ».

En clair, les commerçants réclament une concertation en phase de projet avant la mise en place des mesures afin de préparer leur transition. Justine Belot du collectif de riverains bas des Pentes admet que la Mairie du 1er est « très pro active sur le sujet d’apaisement de la vie nocturne dans le quartier ».

« La fermeture de la vente et la consommation d’alcool sur la voie publique interdite entre 20 h et 6 h par le Préfet de région en septembre fait redescendre la pression la nuit.

Reste à cibler les établissements de nuit illégaux. Le 1er doit rester animé et festif mais on déplore les mouvements de véhicules incessants avec des gens qui consomment dans leur voiture et viennent dégrader notre quartier. »

Des phénomènes également présents en pleine journée rue Romarin où des livreurs et des scooters passent à vive allure, klaxonnent et détruisent du mobilier urbain.

(1) Les riverains peuvent toujours entrer dans la zone avec leur véhicule tout comme les secours.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?