Villeurbanne | Histoire La ville avait son grand stade dans les années 50

Le stadium était une enceinte sportive de premier plan.  Photo archives /Le Rize
Le stadium était une enceinte sportive de premier plan. Photo archives /Le Rize

Peu s’en souviennent mais parmi les grandes réalisations de Lazare Goujon, il y a eu le stadium. Un grand stade avant l’heure, inauguré en 1949 et qui restera actif un peu plus de dix ans. C’est la Maison des sports de l’Asvel qui l’a rendu obsolète et a poussé la ville à en faire un parking…

À la fin des années 20, quand Lazare Goujon, le maire de Villeurbanne depuis octobre 1924, lance son projet de grand centre-ville des Gratte-ciel , il imagine de grands immeubles, un théâtre, une piscine, un Palais du travail mais aussi un stadium. Le temps d’engager les chantiers, les travaux de cet équipement dévolu au sport commencent en 1933. L’œuvre est un Grand stade avant l’heure : on prévoit un vélodrome d’hiver couvert de 8 000 m² avec la création des six jours de Villeurbanne comme à Paris, une piste d’athlétisme, un coin pour la boxe, une patinoire de 1 250 m², un forum pour accueillir des expositions, des manifestations, pour différentes activités et sports, et des cellules pour des commerces. Le tout doit s’étendre sur 17 260 m². L’ambition est d’accueillir jusqu’à 12 000 spectateurs.

Seulement en partie réalisé

Malheureusement pour le projet, Goujon perd les élections en 1935. Les finances sont dans le rouge. Les communistes qui ont pris le pouvoir ont d’autres priorités, notamment l’aide aux chômeurs, et laissent à l’abandon ce stadium qui doit s’ériger cours Emile-Zola, à 500 mètres de la mairie, à la place des ateliers Schwartz-Hautmont, et dont on devait commencer la couverture. La guerre arrive. Le stadium est laissé à l’abandon et se dégrade. Cela déchire le cœur de Lazare Goujon. À la Libération, le PC reprend les rênes de la mairie. Mais l’ancien maire socialiste est à l’affût. Aux élections d’octobre 1947, il lance une liste SFIO car il veut reprendre les travaux de son palais des sports. Goujon gagne. Comme il l’avait promis, il relance le chantier de construction. Mais les moyens manquent. Il ne peut pas mener les travaux aussi loin qu’il l’entendait. Il ne peut par exemple pas couvrir l’édifice. C’est donc un stadium en partie réalisé qui est inauguré en mai 1949 mais qui peut cependant servir à beaucoup de pratiques sportives.

 Les travaux du stadium avaient commencé en 1933, la municipalité communiste de Camille Joly élue en 1935, les a arrêtés, laissant l’ouvrage à l’abandon, jusqu’à ce que Lazare Goujon les reprenne après avoir été de nouveau élu maire en 1947. Photo Progrès /Le Rize
Les travaux du stadium avaient commencé en 1933, la municipalité communiste de Camille Joly élue en 1935, les a arrêtés, laissant l’ouvrage à l’abandon, jusqu’à ce que Lazare Goujon les reprenne après avoir été de nouveau élu maire en 1947. Photo Progrès /Le Rize
 L’esquisse architecturale de ce que devait être le stadium s’il n’avait pas subi de changements.   Photo Progrès /Le Rize
L’esquisse architecturale de ce que devait être le stadium s’il n’avait pas subi de changements.   Photo Progrès /Le Rize
 Les travaux du stadium avaient commencé en 1933, la municipalité communiste de Camille Joly élue en 1935, les a arrêtés, laissant l’ouvrage à l’abandon, jusqu’à ce que Lazare Goujon les reprenne après avoir été de nouveau élu maire en 1947. Photo Progrès /Le Rize  L’esquisse architecturale de ce que devait être le stadium s’il n’avait pas subi de changements.   Photo Progrès /Le Rize

Le bonheur des Villeurbannais

Comme le rappellent les archives du Rize, entre le 14 mai 1949 et le 22 juin 1957 « des matchs de boxe, de catch, de basket-ball, de handball, de volley-ball, de spectacle taurin, de démonstrations de moto, de rodéos automobiles et de nombreuses courses cyclistes sont organisées ». Le service municipal précise que « le lieu est aussi utilisé pour des manifestations non sportives : congrès de la Mutualité, fête du Comité des chômeurs, kermesse de l’Œuvre des enfants à la mer, ou encore exposition de matériel agricole ». L’équipement fait le bonheur des Villeurbannais mais aussi des habitants de l’Est lyonnais. Sa piste cyclable est considérée comme une des meilleures d’Europe.

> Source : archives de la ville et le Rize ; articles de journaux

Christophe GALLET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?