Urbanisme La Part-Dieu avant le quartier des affaires, c’était comment ?

La Part-Dieu au XIXe siècle, c’était une caserne militaire. Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
La Part-Dieu au XIXe siècle, c’était une caserne militaire. Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges
La Part-Dieu au XIXe siècle, c’était une caserne militaire. Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges Photo Progrès /Wikimedia/S.Farges

La Part-Dieu, ses tours, sa gare, son centre commercial, ses bureaux, ses habitants, et quoi d’autres ? Une histoire exceptionnelle qui est loin d’être terminée. Celle que nous racontent les Archives départementales et métropolitaines dans l'exposition « La Part-Dieu, 800 ans d’histoire », présentée jusqu’au 14 février.

A l’heure où le quartier de la Part-Dieu est en plein chambardement, cette exposition richement documentée, qui nous emmène à travers les siècles pour suivre presque pas à pas son évolution, tombe à pic.

« C’est l’objectif », explique Damien Richard, conservateur du patrimoine aux Archives départementales et métropolitaines. "Le quartier de la Part-Dieu s’est construit en grande partie dans les années 70, et ça tout le monde connaît. En revanche, on a oublié ce qu’il y avait avant, longue période de laquelle il n’y a plus la moindre trace visible. C’est le cas pour la caserne qui a été totalement rasée ».

Des terres marécageuses puis agricoles

Ce voyage dans le temps commence un jour de 1203. Vertigineux. La première mention connue est visible dans un texte en latin en bas d’un petit parchemin qui évoque un échange de biens et une terre située « au-delà du Rhône » appelée en français « à lapartdeu »

A partir de là, à l’aide de plans dessinés méticuleusement à la main, ou magnifiquement « aquarellés » par de propriétaires qui au XVIIIe siècle voulaient représenter leurs biens, on assiste à l’évolution de ces terres de la rive gauche. Initialement marécageuses, inhabitées d’abord, elles sont ensuite devenues agricoles, en gros, jusqu’à l’arrivée de la cavalerie.

On y apprend le legs de Madame de Servient aux Hospices civils de Lyon. On découvre l’urbanisation, les inondations du XIXe siècle dans un secteur qui abrite alors une population faite d’artisans, d’ouvriers et de commerçants.

Le centre des Affaires remplace la caserne

Puis l’Etat, après avoir acquis des terrains auprès des Hospices civils de Lyon, construira en 1844 une caserne sur quelque 24 hectares. Elle y restera jusqu’aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale.

C’est d’ailleurs sur ce quadrilatère placé entre le boulevard Eugène-Deruelle, la rue Desaix, la rue Garibaldi et le boulevard Vivier-Merle que sera édifiée dans les années 60 et 70 la nouvelle Part-Dieu, nommée à l’époque "centre directionnel".

Le projet est présenté en 1963 par Charles Delfante, architecte recruté en 1961 par le maire Louis Pradel pour assurer une mission d’urbaniste en chef. Un nouveau chapitre qui en entraînera bien d’autres. Et aujourd’hui encore, l’histoire de la Part-Dieu est loin d’être terminée.

> Exposition « La Part-Dieu, 800 ans d’histoire », grand hall des Archives départementales et métropolitaines, 34, rue du Général Mouton-Duvernet, Lyon 3e.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?