Presqu’île Travaux place Saint-Nizier : les riverains croient encore au parvis

La fin des travaux pour la place Saint-Nizier est prévue pour fin septembre.  Photo Progrès/Lina FOURNEAU
La fin des travaux pour la place Saint-Nizier est prévue pour fin septembre.  Photo Progrès/Lina FOURNEAU
Photo Progrès/Lina FOURNEAU
Photo Progrès/Lina FOURNEAU
Photo Progrès/Lina FOURNEAU
Photo Progrès/Lina FOURNEAU
La fin des travaux pour la place Saint-Nizier est prévue pour fin septembre.  Photo Progrès/Lina FOURNEAU Photo Progrès/Lina FOURNEAU Photo Progrès/Lina FOURNEAU

Depuis mars dernier, les travaux ont démarré place Saint-Nizier. Malgré la pétition lancée en 2018 par différentes associations, l’ancien rond-point deviendra bel et bien un carrefour, et non un parvis, comme il était souhaité à l’époque. Mais du côté des opposants, le combat n’est pas terminé.

Tout commence en 2012, lorsque la Métropole de Lyon décide de transformer les Rives de Saône, dans le cadre du projet des Terrasses de la Presqu’île. À l’époque, des réunions publiques sont organisées et les aménagements de la place Saint-Nizier, située dans le 2e arrondissement, évoqués.

Et puis, plus rien. Les chantiers du quai Saint-Antoine démarrent, et on ne parle plus de l’église Saint-Nizier. « Aucune concertation n’a été faite ensuite », regrette Bernard Colombaud, le président du Comité d’intérêt local (CIL) Centre Presqu’île.

Pour faire entendre sa voix, il rejoint alors les revendications des Amis de l’église Saint-Nizier, dont le but est de « protéger le culturel, au-delà du cultuel », témoigne son trésorier, Yves De Crécy.

« Laisser de la place pour les célébrations »

Ensemble, ils plaident en faveur de l’aménagement d’un parvis, qui se situerait en arc de cercle autour du porche de l’église. Mais à la Métropole, on demande, un carrefour en T, qui permettrait de « laisser plus de place au piéton ».

Et c’est justement le point de discorde entre les deux parties prenantes de l’affaire. Du côté de la Ville, on promet une diminution des voitures qui représenteraient aujourd’hui près de 60 % du trafic sur cette place. Mais vis-à-vis des associations, on craint des risques côté sécurité, liés en partie à l’activité paroissiale.

La Ville reste sur sa position

« Les tribunaux administratifs remarquent qu’il faut de coutume laisser de la place devant les églises pour les célébrations », remarque Yves De Crécy. Des arguments qui poussent les deux associations à lancer une pétition, lors des journées du patrimoine 2018, appelant à la création du parvis. Cette dernière rassemble jusqu’à 6 000 signatures.

Mais la Ville reste sur sa position, les travaux commencent bien en mars 2019, sans apporter les modifications demandées. « La Métropole est à l’écoute des riverains en ce moment, on essaye de répondre au mieux, mais avec nos impératifs de chantier et des délais à respecter », indique-t-on du côté des services municipaux.

Pourtant, les deux associations n’abandonnent pas, et gardent espoir de voir un parvis se dresser, un jour, face à l’église Saint-Nizier. Pour elles, les travaux ont avant tout été accélérés en vue des prochaines élections municipales, en mars 2020. Dans une dernière lettre, envoyée début juillet, le CIL et Amis de Saint-Nizier demandent des dernières réponses, notamment sur la place laissée aux piétons dans le cadre de l’aménagement du carrefour.

Mais pour Yves De Crécy, d’autres travaux pourraient avoir lieu à l’avenir sur la place. « On tient à ce que ça soit inscrit. Le plus gros des travaux a été fait sur les réseaux. La mise en valeur du patrimoine serait très profitable pour la ville, surtout pour le tourisme », conclut ce dernier.

Lina FOURNEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?