Urbanisme L’extension des Gratte-Ciel à Villeurbanne est-elle gravée dans le marbre ?

L’hôtel Ariana (à gauche), la résidence située au-dessus de Monoprix (à droite) et une petite copropriété rose bordant la rue Jean-Bourgey, également visible sur cette photo, devraient notamment être préservés. Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET
L’hôtel Ariana (à gauche), la résidence située au-dessus de Monoprix (à droite) et une petite copropriété rose bordant la rue Jean-Bourgey, également visible sur cette photo, devraient notamment être préservés. Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET
Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET
Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET
L’hôtel Ariana (à gauche), la résidence située au-dessus de Monoprix (à droite) et une petite copropriété rose bordant la rue Jean-Bourgey, également visible sur cette photo, devraient notamment être préservés. Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET Photo d’archives Progrès /Yannick PONNET

Les démolitions ont débuté sur le périmètre des futurs Gratte-Ciel étendus, laissant debout des immeubles dont la préservation est prévue. Des immeubles qui pourraient finalement être rasés ? Pour des raisons de coûts et de calendrier, c’est très peu probable… mais pas totalement exclu.

« C’est comme au Monopoly : ça coûte cher, un hôtel ! » Adjoint au maire en charge du développement urbain et du logement, Richard Llung confirme ainsi une explication avancée par le groupe Serl, aménageur de la Zac Gratte-Ciel Centre, pour expliquer pourquoi la démolition d’immeubles situés sur le secteur d’extension du centre-ville n’est pas prévue : cette option aurait coûté trop cher. L’hôtel Ariana et la copropriété qui se trouve derrière, la résidence qui forme un L à l’angle du cours Emile-Zola et de la rue Jean-Bourgey ou encore une petite copropriété rose bordant la rue Jean-Bourgey sont concernés.

En principe, ces bâtiments seront encore debout quand se dresseront les nouveaux Gratte-Ciel le long de l’avenue Henri-Barbusse prolongée jusqu’à la rue Francis-de-Pressensé, à l’horizon 2029-2030. En principe ? Oui, parce que tout n’est peut-être pas gravé dans le marbre.

« Nous avons assez accumulé de retard comme ça »

« Depuis que la Zac Gratte-Ciel est active, ils avancent le fait que l’hôtel les dérange parce qu’il ne correspond pas au projet », souligne d’ailleurs Laurent Duc, directeur général de l’hôtel Ariana. Le chef d’entreprise a eu des échanges réguliers sur le sujet avec Richard Llung.

« Je ne suis pas hostile au fait de réfléchir à un projet », indique Laurent Duc. Un projet comparable, par exemple, à celui du lycée Pierre-Brossolette : une reconstruction suivie d’une démolition. « C’est faisable à partir du moment où l’outil de travail est maintenu. Mais il faut construire un immeuble de 100 chambres, en assumant son coût, avec des normes qui ne sont plus celles des années soixante-dix, quand l’hôtel a été construit. À moi de trouver un produit plus attractif, pour rendre Villeurbanne plus attractive », précise le directeur général de l’Ariana, qui n’entend pas quitter les Gratte-Ciel. Un point d’accord avec Richard Llung, l’élu affichant son attachement à la présence de l’hôtel en centre-ville.

Une Zac de 100 millions d’euros

Alors ? « Il n’y a pas péril en la demeure », rappelle Laurent Duc. « Il y a deux éléments à prendre en compte : l’équilibre financier de la Zac, qui est équilibrée à 100,6 millions d’euros et est légèrement bénéficiaire pour l’instant, et la capacité financière de l’hôtel », pointe Richard Llung.

Aucune décision n’a été prise. Celle d’intégrer l’hôtel à la Zac, ou pas, pourrait être arrêtée fin 2019 ou début 2020, avance l’élu, pour qui - a minima - « cet hôtel devra être rénové, pour lui-même. » Richard Llung n’oublie pas une dimension importante, liée au projet de reconstruction-démolition du lycée Brossolette : « Nous avons assez accumulé de retard comme ça. » Aux yeux de Jean-Paul Bret, maire, c’est d’ailleurs le seul élément qui compte. Le premier magistrat de la ville veut désormais voir avancer les projets déjà ficelés.

Un calendrier annoncé

Dans sa 7e lettre d’information sur l’extension des Gratte-Ciel, qui sera distribuée prochainement, le groupe Serl donne un calendrier de réalisations à venir. Une première phase d’aménagements d’espaces publics autour d’équipements existants et à venir (piscine Boulloche, salle des sports des Gratte-Ciel, copropriété Néopolis en cours de construction, futur lycée Brossolette) est ainsi prévue pour 2021 sur le passage Rey.

En 2025, une deuxième phase est annoncée pour la mise en service du tramway T6.

En 2026, une troisième phase concerne l’ouverture du prolongement de l’avenue Henri-Barbusse prolongée, d’une place publique située entre cette avenue prolongée et la rue Racine prolongée.

La 4e phase devrait se dérouler en 2029 avec le réaménagement de la rue Jean-Bourgey « et des abords du dernier lot de logements ».

Architectes et promoteurs travailleront de concert

Une perspective depuis l’esplanade Geneviève-Anthonioz-de-Gaulle.   Visuel Progrès /Agence ANMA
Une perspective depuis l’esplanade Geneviève-Anthonioz-de-Gaulle.  Visuel Progrès /Agence ANMA

Début mars, le groupe Serl a lancé les consultations pour désigner, en novembre 2019, des architectes et promoteurs chargés de la réalisation de trois îlots. Deux d’entre eux sont situés entre la future avenue Henri-Barbusse prolongée et la future rue Racine prolongée, le troisième se trouvant entre les rues Chomel et Bourgey près de la rue de Pressensé. Trois promoteurs et neufs architectes (trois par îlot) seront sélectionnés, non pas sur la base de projets déjà dessinés, mais sur des intentions. Le but : les amener à travailler ensuite en atelier avec l’architecte en chef, Nicolas Michelin, afin de déboucher sur un ensemble cohérent et non sur une juxtaposition de bâtiments d’inspirations diverses. Les trois îlots sur lesquels ils plancheront sont destinés à accueillir environ 650 logements, 4 000 m² de bureaux, la même surface en équipements publics et 14 000 m² de commerces et services.

Yannick PONNET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?