Lyon Ces trottoirs qui posent problème aux piétons

La rue de Bonnel sous les voies ferrées : les deux trottoirs sont très inégaux. La construction d’un immeuble aurait pu donner l’occasion de les rééquilibrer, mais ça n’a pas été le cas.  Photo Progrès /Droits du piéton
La rue de Bonnel sous les voies ferrées : les deux trottoirs sont très inégaux. La construction d’un immeuble aurait pu donner l’occasion de les rééquilibrer, mais ça n’a pas été le cas.  Photo Progrès /Droits du piéton

L’association Les droits du piéton lutte pour améliorer la “marchabilité” dans la ville. À l’occasion de son assemblée générale, elle a fait le point sur les trottoirs encore problématiques pour les piétons et les PMR.

« Nous sollicitons régulièrement les pouvoirs publics au bon échelon de décision. Notre expérience nous permet de cibler dans le millefeuille administratif les élus ou techniciens les mieux à même de nous écouter », expliquent les responsables.

L’association propose des améliorations réalistes, étayées par des photos. Elle participe à de nombreux comités, comme la commission Modes actifs de la Métropole, et aux concertations préalables sur les travaux de voirie. Enfin, elle collabore avec les associations de personnes handicapées, de quartiers et de transports en commun.

L’association publie deux bulletins annuels sur le web. On y trouve les dernières interventions : enlèvement d’éléments gênants, réparation de mobilier urbain, remplacement de potelets détériorés ou de bordures de trottoirs. Des succès ont été obtenus : rue Octavio-Mey, rue de l’Angile, cours Vitton, place des Terreaux, avec des aménagements particuliers, des parkings à trottinettes ou bien des passages piétons.

Mais il reste de nombreuses demandes en cours : l’élargissement d’un trottoir rue Saint-Antoine (3e ), l’amélioration de l’angle Sidoine-Apollinaire/rue des Plâtriers (9e ), l’élargissement de trottoirs boulevard Réguillon à Villeurbanne, l’installation de mobilier urbain pour limiter le stationnement sauvage cours Général- Giraud. Mais aussi des rampes d’escalier passage Thiaffait, des chicanes autos-scooters passerelle du Collège et la suppression de la traversée des voitures rue de la Ré par Ferrandière.

L’association demande également à ce que les vélos sur les trottoirs soient verbalisés une fois par jour dans chaque arrondissement, « soit dix fois plus qu’actuellement ».

De notre correspondante Sylvie SILVESTRE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?