Transports Train: une ligne Lyon-Bordeaux en 2022, Lyon-Thionville sur les rails pour 2023

La ligne Lyon - Thionville, au départ de la Part-Dieu, passerait par Mâcon, Chalon-sur-Saône, Beaune, Dijon, Culmont-Chalindrey, Neufchâteau, Toul, Nancy et Metz, pour un voyage d’un peu moins de cinq heures. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
La ligne Lyon - Thionville, au départ de la Part-Dieu, passerait par Mâcon, Chalon-sur-Saône, Beaune, Dijon, Culmont-Chalindrey, Neufchâteau, Toul, Nancy et Metz, pour un voyage d’un peu moins de cinq heures. Photo Progrès/Joël PHILIPPON
Il faudra compter environ 40 euros pour faire le trajet complet Lyon-Bordeaux. Le voyage complet durera environ 7 heures entre les deux terminus. Photo Progrès/Charly JURINE
Il faudra compter environ 40 euros pour faire le trajet complet Lyon-Bordeaux. Le voyage complet durera environ 7 heures entre les deux terminus. Photo Progrès/Charly JURINE
La ligne Lyon - Thionville, au départ de la Part-Dieu, passerait par Mâcon, Chalon-sur-Saône, Beaune, Dijon, Culmont-Chalindrey, Neufchâteau, Toul, Nancy et Metz, pour un voyage d’un peu moins de cinq heures. Photo Progrès/Joël PHILIPPON Il faudra compter environ 40 euros pour faire le trajet complet Lyon-Bordeaux. Le voyage complet durera environ 7 heures entre les deux terminus. Photo Progrès/Charly JURINE

La coopérative Railcoop, qui va relancer la ligne Lyon-Bordeaux dès 2022, espère également lancer une liaison Lyon-Thionville (Moselle) en 2023.

La société coopérative d'intérêt collectif Railcoop accélère. On savait déjà qu'elle allait relancer la ligne Lyon-Bordeaux, disparue en 2014, pour une ouverture dès juin 2022.

Objectif 2023

Voilà que son directeur général, Nicolas Debaisieux, confirme le projet d'une deuxième ligne voyageurs au départ de Lyon, à destination de Thionville, dans un entretien à l'Usine Nouvelle.

Avec une échéance précise, cette fois : ce sera en 2023.

"Nous avons déjà notifié à l’Autorité de régulation des transports deux autres lignes voyageurs – Toulouse-Rennes et Lyon-Thionville – que nous espérons mettre en service en 2023", détaille l'homme à la tête de cette coopérative de 7000 sociétaires, qui souhaite exploiter des lignes françaises oubliées, mais aussi du fret. 

Moins de 5 heures de trajet

Cette ligne Lyon - Thionville, conditionnée au succès de Lyon-Bordeaux, passerait par Mâcon, Chalon-sur-Saône, Beaune, Dijon, Culmont-Chalindrey, Neufchâteau, Toul, Nancy et Metz, pour un voyage d’un peu moins de cinq heures. Là encore, le choix est dicté par l’augmentation du trafic routier sur ce parcours.

Lyon - Bordeaux : 38 euros pour 7 heures de voyage

Photo Progrès/Catherine AULAZ
Photo Progrès/Catherine AULAZ

La liaison directe ferroviaire entre Lyon-Bordeaux a été abandonnée par la SNCF en 2014. Railcoop va la réactiver à l’été 2022, avec une possibilité de voyager de nuit.

Railcoop a fait des études de marché sur les lignes françaises. Et étudié le trafic aérien et les perspectives d‘évolution du trafic routier d’ici 2050. « Concernant l’aérien, la ligne Lyon-Bordeaux est la première ligne française hors Paris. C’est aussi celle dont la croissance est la plus importante. Par ailleurs, les hypothèses de hausse de circulation routière d’ici 2050 sont très fortes sur ce trajet. La combinaison des deux nous a fait choisir en priorité cette ligne, abandonnée par la SNCF en 2014 », nous avait expliqué Nicolas Debaisieux, le directeur général de Railcoop.

Il faudra compter environ 40 euros pour faire le trajet complet Lyon-Bordeaux. Le voyage complet durera environ 7 heures entre les deux terminus. La ligne desservira les gares de Lyon, Roanne, Saint-Germain-des-Fossés, Gannat, Montluçon, Guéret, Saint-Sulpice-Laurière, Limoges, Périgueux, Libourne et Bordeaux. Deux départs de Lyon et deux départs de Bordeaux auront lieu chaque jour. À terme, un trajet de nuit dans chaque sens pourrait aussi voir le jour.

Le projet de coopérative ferroviaire Railcoop est né en 2019, alors que l'Union européenne a imposé à la France d’ouvrir son réseau ferroviaire à la concurrence à partir de 2021.

Railcoop
Railcoop

Cette société souhaite exploiter des lignes françaises oubliées, mais aussi du fret. 7 500 sociétaires ont répondu à l’appel pour le moment, ce qui a permis de lever 1,5 million d’euros. Cet argent a servi à obtenir une licence ferroviaire, obligatoire pour circuler sur le réseau.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?