Rhône Lyon, futur eldorado de la moto électrique ?

Les virolos de la D2, entre Saint-Vincent-de-Barrès et Saint-Martin-L’Inférieur en Ardèche, un régal pour enchaîner les courbes au milieu d’un magnifique paysage vallonné.  Photo Progrès/DR
Les virolos de la D2, entre Saint-Vincent-de-Barrès et Saint-Martin-L’Inférieur en Ardèche, un régal pour enchaîner les courbes au milieu d’un magnifique paysage vallonné.  Photo Progrès/DR
Au passage des motos, les badauds sont attirés par les machines électriques qui ne font pas le bruit habituel d'une moto.  Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Au passage des motos, les badauds sont attirés par les machines électriques qui ne font pas le bruit habituel d'une moto. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Il faut environ 40 minutes avec une charge rapide pour retrouver 80% de capacité de la batterie.  Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Il faut environ 40 minutes avec une charge rapide pour retrouver 80% de capacité de la batterie. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
La recharge des motos est un moment de convivialité où les propriétaires de véhicules électriques n'hésitent pas échanger. Ils forment comme une communauté. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
La recharge des motos est un moment de convivialité où les propriétaires de véhicules électriques n'hésitent pas échanger. Ils forment comme une communauté. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND
Les virolos de la D2, entre Saint-Vincent-de-Barrès et Saint-Martin-L’Inférieur en Ardèche, un régal pour enchaîner les courbes au milieu d’un magnifique paysage vallonné.  Photo Progrès/DR Au passage des motos, les badauds sont attirés par les machines électriques qui ne font pas le bruit habituel d'une moto.  Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND Il faut environ 40 minutes avec une charge rapide pour retrouver 80% de capacité de la batterie.  Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND La recharge des motos est un moment de convivialité où les propriétaires de véhicules électriques n'hésitent pas échanger. Ils forment comme une communauté. Photo Progrès/Damien LEPETITGALAND

Energica, la marque italienne de moto électrique, l’équivalent de Tesla en voiture, s’est associée à Total pour créer son premier roadshow à travers la France. Tout a commencé à Lyon pour cette expérience de conduite inédite, ville cible pour le développement de ses ventes dans l’hexagone.

Tandis que la troisième saison de la coupe du monde de MotoE vient de se lancer à Jerez, Energica – le fournisseur unique des courses – a décidé de mettre un coup de projecteur sur sa gamme en France. En partenariat avec Total, la marque italienne organise un roadshow qui se tient du 3 au 18 mai avec sept dates et 1 700 km à parcourir.

Les trois modèles de la marque Eva Ribelle RS, Ego + RS et Eva EsseEsse9 + RS , sont ainsi disponibles à l’essai pour 18 motards qui se relaieront au fil des étapes. Les concessions de Lyon, Toulouse, Bordeaux, Nantes, Paris et Annecy sont représentées.

Ce n’est pas un hasard si l’évènement a débuté les 3 et 4 mai à Lyon au départ de la concession e-DC Center. « Nous pensons que Lyon peut être en avant-garde pour le développement de la moto électrique pour le marché français », confie Vito Minunni, manager vente Europe chez Energica. Le premier jour a été dédié à la découverte des machines à la concession et à des essais dans la Métropole.

L’importance des bornes de recharge

Mardi matin, nous étions quatre pilotes à partir en direction de Montpellier avec toute l’équipe de la « caravane ». Aux guidons, on retrouvait Thibaut Nogues, freestyler moto professionnel , Jeff Zimbris, mannequin et influenceur , Christophe Carrougeaux, le patron de la concession lyonnaise et votre serviteur en tant que journaliste régional de l’étape.

Un peu plus tard dans la journée, Christophe passera la main à Jocelyn Bruyere, fondateur de la société Galyan spécialisée dans l’installation de bornes de recharge. Des bornes si importantes pour un périple à moto électrique, sans quoi vous êtes vite immobilisé dans la « pampa ».

Après un peu plus de 130 km d’autoroute et de portions de routes au bord de Rhône, toute l’équipe fait une étape pour recharger les batteries dans le village du Pouzin au sud de la Voulte-sur-Rhône.

En fonction des motos, il reste entre 25 à 35 % de charge. Il faut environ 40 minutes pour les recharger à 80 %, le temps nécessaire pour partager un petit encas au soleil, avant de reprendre la route sereinement en direction du village de caractère Saint-Vincent-de-Barrès et  Saint-Martin-L’Inférieur sur des routes aux paysages si bucoliques et aux virages enivrants où la puissance et le couple de chaque machine s’expriment à merveille.

 Jeff Zimbris est mannequin et influenceur passionné de voitures et de motos. Avant de défiler notamment pour Armani, il a été commercial chez Peugeot à Lyon.   Photo Progrès /Damien LEPETITGALAND
Jeff Zimbris est mannequin et influenceur passionné de voitures et de motos. Avant de défiler notamment pour Armani, il a été commercial chez Peugeot à Lyon.   Photo Progrès /Damien LEPETITGALAND

Des motos à grand capital sympathie

À notre passage, les habitants semblent également conquis. Les motos électriques inspirent un certain capital sympathie. Malgré un sifflement bien présent à l’accélération, les motos restent silencieuses. C’est un régal pour chaque pilote qui en enchaîne les courbes, dans un spot parfait.

« Je suis le championnat de MotoE. J’étais du coup très intrigué d’essayer l’Ego, pour voir comment elle fonctionnait… Qu’est-ce que ça marche ! Je ne suis pas déçu », livre Jeff, scotché par l’accélération unique des machines électriques.

« Quand on envoie un peu avec ces machines, c’est comme un accélérateur de particules… on était là et on se retrouve là-bas en un instant  », renchérit Jocelyn. Thibaut apprécie aussi le silence d’utilisation associé à la puissance.

 Thibaut Nogues, freestyler moto professionnel fait régulièrement des spectacles et démo de Stunt, il a participé au Salon du 2 roues de Lyon et roule en Agusta. Photo Progrès /Damien LEPETITGALAND
Thibaut Nogues, freestyler moto professionnel fait régulièrement des spectacles et démo de Stunt, il a participé au Salon du 2 roues de Lyon et roule en Agusta. Photo Progrès /Damien LEPETITGALAND

À la recherche de bornes de recharge rapide

La suite du parcours, nous fera revenir dans la vallée pour filer en direction de Montpellier qui reste encore à plus de 150 km. Entre-temps, il faut de nouveau faire le plein d’énergie.

Heureusement, les bornes sont nombreuses sur les autoroutes avec par exemple la présence du réseau de recharge rapide Ionity ou le long du Rhône, le réseau de la CNR avec son énergie propre. Les pétroliers s’y mettent petit à petit à l’image de Total.

Pour plus de sécurité et éviter les mauvaises surprises Christophe utilise l’application Chargemap qui est régulièrement mise à jour. Contrairement au thermique, quand on roule en électrique, que cela soit à moto ou en voiture, il est nécessaire d’organiser un minimum son voyage et faire preuve de patience…

Damien LEPETITGALAND

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?