Lyon 2e Piétonnisation cours Charlemagne : le maire prédit un bouchon permanent

La mairie du 2e a distribué 10 000 questionnaires aux habitants du secteur concerné par le test de trois mois lancé par la Ville et la Métropole sur le tronçon délimité par le pôle de commerces et de loisirs, la darse, l’Hôtel de Région et l’esplanade François-Mitterrand.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN
La mairie du 2e a distribué 10 000 questionnaires aux habitants du secteur concerné par le test de trois mois lancé par la Ville et la Métropole sur le tronçon délimité par le pôle de commerces et de loisirs, la darse, l’Hôtel de Région et l’esplanade François-Mitterrand.  Photo Progrès /Nadine MICHOLIN

Interpellé par l’opposition lors du conseil d’arrondissement ce lundi 7 décembre, Pierre Oliver, maire LR du 2e, a précisé sa position sur la piétonnisation en général et dévoilé ses craintes à propos de la portion du cours Charlemagne.

Interpellé en fin de séance par la conseillère Nathalie Carlino (Lyon en commun) qui a soulevé le bien-fondé de rendre aux piétons les abords des écoles et ne comprend pas son opposition à la piétonnisation, le maire du 2e, Pierre Oliver, a dû s’expliquer.

« On ne s’oppose pas systématiquement à la piétonnisation. Nous tendons vers moins de voitures en centre-ville depuis une dizaine d’années et nous avons la volonté de travailler sur les prochaines mobilités. » L’édile a rappelé son intention de prendre l’avis des habitants, de les défendre et de procéder étape par étape, tout en citant l’exemple de la rue Bellecordière « où la priorité est donnée aux piétons avec la liberté pour les riverains d’arriver jusqu’à leur domicile ou de sortir de leur garage. »

En revanche, le maire LR a de gros doutes quant au test de piétonnisation prévu sur le tronçon du cours Charlemagne délimité par le pôle de commerces et de loisirs, la darse, l’Hôtel de Région et l’esplanade François-Mitterrand. Un quartier où vivent 13 500 habitants. D’où la distribution de 10 000 questionnaires aux riverains dont il révélera la teneur début 2 021.

Que va-t-il se passer pour les habitants du quai Perrache ?

« Le projet de la précédente majorité était plutôt bien ficelé avec un tramway, une piste cyclable, un trottoir large pour les piétons et une voie réservée aux véhicules. Je ne vois pas l’intérêt de piétonniser. Que va-t-il se passer pour les habitants du quai Perrache ? En amont du cours Charlemagne ? Rue Casimir-Périer ? Ce sera un bouchon permanent aux abords de leur domicile ou de leur lieu de travail. Alors je note que c’est une expérimentation mais dont on n’attend pas grand-chose durant cette période de semi-confinement marquée par le télétravail et qui ne reflète pas vraiment les flux ».

Valentin Lungenstrass, adjoint à la mobilité, logistique urbaine, espaces publics a défendu le projet de la Ville de Lyon et de la Métropole : « Ce projet est basé sur une étude de circulation et j’ai confiance au bureau d’études mandaté depuis plus d’un an. Notre appel à idées porte sur l’aménagement, puis après l’expérimentation il y aura une concertation. Ce qui n’est pas négociable, c’est l’ouverture dans les deux sens de la circulation. Ce ne sera pas une option ».

Agacé, Pierre Oliver a regretté que « des gens qui n’habitent pas notre arrondissement donnent leur avis (pique à l’intention du conseiller EELV du 2e qui réside dans le 7e).  L’opposition a le droit de porter la voix de nos habitants dont la majorité du 2e n’a pas voté vos projets ».

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?