Transport Ils se mobilisent pour défendre la ligne E du métro

Le 5e arrondissement, ici montée de Choulans, voit passer un impressionnant trafic. Concernés par les embouteillages quasi quotidiens, les habitants jugent le métro «indispensable».  Photo Eric BAULE
Le 5e arrondissement, ici montée de Choulans, voit passer un impressionnant trafic. Concernés par les embouteillages quasi quotidiens, les habitants jugent le métro «indispensable».  Photo Eric BAULE

Le collectif Métro E vient d’être créé à l’initiative d’un habitant du 5e arrondissement. Craignant que l’existence de ce projet, visant à relier le centre du Lyon à l’Ouest lyonnais, soit de plus en plus compromise, il a mis en ligne une pétition.

C’est un nouveau collectif qui vient tout juste de voir le jour dans le 5e arrondissement. Il s’est constitué autour d’une délicate question : la nouvelle ligne de métro visant à relier le centre de Lyon à l’Ouest lyonnais via la colline de Fourvière. Première action de cette structure créée à l’initiative de Stéphane Percio, qui précise agir en tant qu’habitant de l’arrondissement, une pétition. Elle « doit être soutenue en urgence » affirme-t-il.

Mise en ligne le 19 septembre, elle a recueilli 240 signatures. L’idée est de mobiliser le plus possible les partisans du métro afin d’exercer, sans doute, une amicale pression sur le président de la Métropole, Bruno Bernard, qui a également pris en main les destinées du Sytral.

Trop d’embouteillages

Car c’est bien ce qui inquiète le collectif Métro E. Un exécutif Métropolitain fraîchement installé, pas vraiment emballé par cette hypothèse de transport et qui semble vouloir se donner du temps pour trouver la meilleure solution.Du coup, ils voient «l’existence future du métro E de plus en plus compromise». Et ils veulent tirer une sonnette d’alarme.

« C’est à nos yeux, la seule bonne façon de désenclaver l’ouest lyonnais », plaident-ils. Et de libérer ces communes de leurs embouteillages. Ce projet de métro qui pourrait relier les quartiers lyonnais de Bellecour/Terreaux ou de la Part-Dieu à celui d’Alaï situé à Tassin-la-Demi-Lune a été lancé par les élus de la mandature précédente.

Un téléphérique ? Ils n’y croient pas

Il intéresse au plus haut point les habitants de la colline avec ses trois stations projetées dans les secteurs du Point-du-Jour, de Saint-Irénée et de Ménival. Eux le considère comme «quelque chose d’indispensable», tant il est vrai que le haut de l’arrondissement reste bien mal desservi par les transports en commun. «  Des études ont été faites , on a déjà dépensé de l’argent pour ce métro, argumente Stéphane Perco, après c’est un choix politique ou idéologique »

D’autres solutions sont, en effet, mises sur le tapis mais les défenseurs du métro n’y croient pas trop. Un téléphérique ? Pas une bonne approche, trop de désagréments, rétorquent-ils. Quant au tramway montée de Choulans et avenue du Point-du-Jour ? C’est, disent-ils, l’embouteillage assuré.

Pétition en ligne sur www.change.org

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?