Rhône Trottinettes à Lyon : sécurité et embauche à la clé

Entre Dott et Tier, laquelle choisir ?  Le Progrès / David TAPISSIER
Entre Dott et Tier, laquelle choisir ? Le Progrès / David TAPISSIER

En place à Lyon depuis le 1er septembre, les opérateurs de trottinettes Dott et Tier ouvrent une nouvelle ère pour le free-floating. Au programme, plus de sécurité, d’écologie et de social pour un service qui plaît aux Lyonnais et qui, comme le Velo’v, répond à un nouveau besoin de déplacement urbain.

Attendues depuis le 1er septembre, les trottinettes Tier ont finalement mis moins d’une semaine pour revenir à Lyon. La société allemande, choisie par la Ville-De-Lyon suite à l’appel à projet lancé à janvier, effectue du coup son grand retour dans la capitale des Gaules et se retrouve aux côtés de Dott, jusqu’au 31 août 2022.

Après Paris et Grenoble, il s’agit de la 3e ville d’importance où elle remporte un appel d’offres ou à projets. « Ce n’était pas vraiment une surprise pour nous, notre dossier était très qualitatif », explique Alex Souter, responsable Europe de l’ouest chez Tier. Nous étions déjà présents en Suisse et en Scandinavie. Nos services sont très appréciés et surtout, nos valeurs et notre identité correspondaient à ce qui était demandé à Lyon ».

Les trottinettes vertes et leur V3, plus lourdes, et plus sécurisées, effectuent leur retour après avoir disparu pendant près d’un an. « Ne plus être à Lyon n’était finalement pas un handicap… être incubé dans la ville n’est pas toujours une garantie et nous l’avions déjà observé ailleurs ! »

Une trentaine d’embauches et de nombreux CDD

Un retour qui oblige logement la firme germanique à réembaucher rapidement. Et ça tombe bien puisque du personnel très au fait du marché lyonnais de la trottinette en free-floating s’est retrouvé sans emploi après la non-sélection de VOI, de Bird et de Lime. « Nous recrutons en ce moment des équipes de management mais également des opérationnels pour nos entrepôts que nous installons à proximité de Lyon. Nous avons eu pas mal de candidatures d’anciens salariés qui travaillaient sur Lyon et notre objectif est évidemment de les aider à retrouver du travail tout en profitant de leur expérience et de leur savoir-faire », poursuit Alex Souter.

Un recrutement qui concerne également Dott. La société européenne a dû faire face à une forte hausse de l’utilisation de ses engins le temps que Tier arrive. L’occasion d’une dizaine de créations d’emplois.

« On a appris que nous étions retenus à Paris et à Lyon la même semaine. C’est très agréable de voir que notre travail et notre investissement ont été reconnus », raconte Manon Pagniez, responsable Dott Rhône-Alpes. « Fin août, on a battu notre record de 15 000 trajets par jour et on a eu 5 000 utilisateurs semaine supplémentaire. Preuve que le service plaît… Du coup, on a dû prendre du personnel en intérim et on va bientôt embaucher ».

 Les deux opérateurs sont présent pour deux ans.   Photo Progrès /David TAPISSIER
Les deux opérateurs sont présent pour deux ans.   Photo Progrès /David TAPISSIER

Le choix des deux opérateurs , qui travaillent déjà ensemble, va permettre à la Ville, en relation avec la Métropole, de commencer à déployer les nouvelles aires de stationnement. Objectif ? Rapidement ne plus avoir de trottinettes stationnées sur les trottoirs. De plus, toujours pour des questions de sécurité, la vitesse de la flotte -à 4000 véhicules au maximum- est limitée depuis le 1er septembre à 20 km/h.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?