Lyon Première journée pour les e-Vélo’v : «Je m'attendais juste à un peu plus de puissance »

Max est l’un des premiers utilisateurs du e-Vélo’v, déployé dans Lyon depuis ce jeudi matin.  Photo Progrès /Laury CAPLAT
Max est l’un des premiers utilisateurs du e-Vélo’v, déployé dans Lyon depuis ce jeudi matin. Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT
Max est l’un des premiers utilisateurs du e-Vélo’v, déployé dans Lyon depuis ce jeudi matin.  Photo Progrès /Laury CAPLAT Photo Progrès /Laury CAPLAT Photo Progrès /Laury CAPLAT Photo Progrès /Laury CAPLAT Photo Progrès /Laury CAPLAT

250 Lyonnais avaient réservé leur batterie pour rouler les premiers dans les rues de Lyon, avec le nouveau vélo hybride de JC Decaux. Parmi eux, Max, qui estime que le Velo’v électrique « va changer la donne ».

« Honnêtement, je m’attendais à un peu mieux, mais c’est indéniable, c’est quand même bien. Il faudrait vraiment l’essayer pour nous Lyonnais, en bas de la Croix-Rousse, je pense que ça va vraiment changer la donne. » Croisé à la station Augagneur à Guillotière, Max est l’un des premiers utilisateurs du e-Vélo’v, déployé dans Lyon depuis ce jeudi matin. Et son verdict est sans appel : le vélo hybride à assistance électrique avec batterie amovible de JC Decaux, utilisables avec abonnement, est un vrai plus dans le paysage lyonnais. Seul tout petit bémol, selon lui, « je m’attendais juste à un peu plus de puissance. »

La veille, dans la nuit de mercredi 19 à jeudi 20 février, il avait fallu passer la seconde pour déployer les 2 500 e-Vélo’v à assistance électrique sur le territoire de la Métropole de Lyon. Un long ballet d’aller-retour pour les équipes de JCDecaux entre l’entrepôt à Villeurbanne et les nombreuses stations Vélo’v de la ville. Dès 19 h 30, les équipes s’échangeaient leurs derniers encouragements pour la nuit, un café à la main, prêt à relever le défi. « Si on est bon, à 9 h, on aura fini » espérait l’un des employés. Il aura finalement fallu moins de temps que ça. En 5 h, de 20 h à 1 h, les 70 collaborateurs mobilisés ont tout terminé.

le jeudi matin, dans l’une des stations de la Guillotière, certains sont encore là, fiers de voir que quelques Lyonnais chevauchent déjà les nouveaux vélos.

 2 500 e-Vélo’v hybrides ont été implantés dans la ville de Lyon, une première mondiale pour l’entreprise JCDecaux. Photo Progrès /Laury CAPLAT
2 500 e-Vélo’v hybrides ont été implantés dans la ville de Lyon, une première mondiale pour l’entreprise JCDecaux. Photo Progrès /Laury CAPLAT

« Ces vélos vont changer la vie des Lyonnais »

« Les allers retours se sont enchaînés et les objectifs ont été atteints plus vite que prévu » rapporte Raynald Boidin, directeur des Opérations Vélo’v pour qui cette installation est « une première mondiale ». Il dit aussi : « Ce matin, on a eu quelques retours d’utilisateurs qui sont très contents. Ils étaient impatients de voir arriver les vélos . » Parmi eux, le Président de la Métropole de Lyon, qui s’est lui-même prêté au jeu du test.

« Répondre à l’enjeu de la qualité de l’air, ce n’est pas seulement dire qu’il faut arrêter les déplacements en voiture, il faut savoir trouver une alternative et maintenant, on va l’avoir. Ces vélos vont changer la vie des Lyonnais, surtout pour les habitants de la Croix Rousse qui vont, eux aussi, pouvoir s’abonner. Les trajets à vélos vont augmenter et certain pourront même se rendre compte qu’ils vont plus vite à vélo électrique qu’en voiture. » S’il y en a bien un qui est convaincu, c’est Max : « C’est à la portée de tout le monde, même pour moi qui ai un certain âge », dit-il.

Avant même le déploiement, 250 Lyonnais avaient déjà commandé leur abonnement et reçu leur batterie portative, « pas plus grosse qu’un livre de poche », selon Pascal Chopin, directeur Régional Rhône-Alpes JCDecaux.

Une batterie personnelle et portative pour 7 euros par mois

 Photo Progrès /Laury CAPLAT
Photo Progrès /Laury CAPLAT

Si pour distinguer les nouveaux Vélo’v hybrides des Vélo’v mécaniques classiques, un logo e-Vélo’v a été ajouté sur le carter arrière, la principale différence se trouve au niveau du panier : celui du Vélo’v hybride accueille un réceptacle pour la batterie e-Vélo’v.

Une batterie perso que l’utilisateur reçoit chez lui ou au Comptoir Vélo’v, après souscription à l’option. La location de cette batterie personnelle est de 7 euros par mois sans engagement. Comme l’e-Vélo’v est un vélo’v hybride, il est possible de l’utiliser avec ou sans la batterie, au bon vouloir de l’utilisateur.

Pour utiliser l’assistance électrique, il suffit de glisser la batterie dans le réceptacle. Celle-ci se met alors automatiquement en marche au premier coup de pédales. Développée en France, la batterie est compacte et légère (530 g). Elle se recharge en 2 heures via un port USB-C et offre une autonomie de 8 à 10 kilomètres. Un système de voyants lumineux sur le guidon permet de contrôler le niveau de charge de la batterie tout au long du trajet.

Laury CAPLAT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?