Eurexpo-Lyon Le virage réussi du Salon de l’auto

Nouveaux modèles, expositions, animations, le Salon de l’auto propose sur 50 000 m² de nombreuses activités aux 65 000 visiteurs attendus sur cinq jours.  Photo Salon de l’auto de Lyon /Nicolas RODET
Nouveaux modèles, expositions, animations, le Salon de l’auto propose sur 50 000 m² de nombreuses activités aux 65 000 visiteurs attendus sur cinq jours.  Photo Salon de l’auto de Lyon /Nicolas RODET

Moribond il y a quelques années, le Salon de Lyon a trouvé son positionnement sur le marché des événements auto et est devenu, en alternance avec le Mondial de Paris, le plus important rendez-vous français. Tout en cultivant son identité de salon de vente et en développant les animations.

Quatre jours seulement après la fin du Salon de Francfort qui a brillé par l’absence des constructeurs français, le Salon de l’auto de Lyon ouvre ce jeudi. Un rendez-vous bien plus modeste mais plus humain, les organisateurs se targuant d’attirer à Eurexpo « 100 % des marques représentatives du marché français », insiste Anne-Marie Baezner, la directrice de l’événement. « Hormis Subaru et SsangYong (qui représentent moins de 0,2 % du marché), tous les constructeurs sont là, à la différence des grands salons de plus en plus boudés par les grandes marques. »

Annulé en 2013, vingt ans après sa création, le Salon de Lyon a été repris par GL Events et a su rebondir. « Nous l’avons complètement réinventé, poursuit Anne-Marie Baezner. Nous avons beaucoup échangé avec les constructeurs pour connaître leurs besoins et ce qu’ils cherchent, c’est un retour sur investissement. Nous conservons notre culture de salon de vente. L’an dernier, 1 625 véhicules ont été vendus en cinq jours. Ajouté à cela des stands sobres et accessibles pour le public, c’est la recette lyonnaise. »

Nissan Juke, Renault Zoé et DS X E-Tense parmi les nouveautés

Les 65 000 visiteurs attendus pourront admirer plusieurs voitures de prestige et découvrir quelques nouveautés, dont le Ford Puma, le nouveau Nissan Juke, la Honda e, la nouvelle Hyundai i10, la nouvelle Renault Zoe, le Skoda Kamiq ou encore le DS X E-Tense, un concept car 100 % électrique dont l’originalité est une forme asymétrique à trois places dans une association unique de deux véhicules qui permet de choisir son mode de conduite. Le public pourra participer activement à cette « grande fête de l’automobile » à travers des expositions, dont celle sur les plus belles Alpine, et de nombreuses animations : des simulateurs, deux pistes indoor et outdoor, un circuit de voitures électriques pour les enfants et un village du sport auto.

Une piste dédiée à la mobilité

Enjeu majeur, la mobilité est au centre de nos préoccupations. Elle sera donc au centre de cette édition à travers un espace dédié entièrement à cette thématique. « L’objectif du Village de la mobilité est de montrer l’étendue de l’offre de mobilité de la métropole lyonnaise et de sa région », souligne Anne-Marie Baezner, directrice du Salon. Pour essayer ces nombreux moyens de déplacement - vélos à assistance électrique, trottinettes et autres nouveaux engins de mobilité individuelle proposés par les exposants - une piste de 66 mètres accessible à tous sera installée dans le village de la mobilité sur plus de 1 000 m².

Salon de l’auto de Lyon, Eurexpo (à Chassieu) du jeudi 26 au lundi 30 septembre. Horaires : de 10 à 20 heures. Nocturne vendredi jusqu’à 22 heures. Tarif : 7 € sur place, e-billet à 6 € Gratuit pour les enfants de moins de 10 ans. www.salon-automobile-lyon.com

Sylvain LARTAUD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?