Transport Réseau ferré saturé : vers deux nouvelles voies à la Part-Dieu ?

La gare de Lyon Part-Dieu est la première gare française en termes  de correspondances.  Photo d’archives Le Progrès /Frédéric CHAMBERT
La gare de Lyon Part-Dieu est la première gare française en termes de correspondances. Photo d’archives Le Progrès /Frédéric CHAMBERT

Alors que le débat public sur le projet de Nœud ferroviaire lyonnais (NFL) sera lancé le 11 avril, SNCF Réseau a présenté, ce lundi, les hypothèses retenues. Dont la possibilité d’ajouter encore deux voies à la gare de la Part-Dieu.

Très vite, Thomas Allary, directeur territorial SNCF Réseau, a planté le décor devant les élus de la Métropole réunis ce lundi. « 1 200 trains convergent chaque jour vers ce Nœud ferroviaire lyonnais, fret et voyageurs. »

Un réseau saturé, en manque d’infrastructures et avec des zones de congestion clairement identifiées : le nord et le sud entre Saint-Clair et la Guillotière, une gare de la Part-Dieu « en limite de capacité » et l’axe Saint-Fons - Grenay (Isère). « 60 % des incidents à l’échelle de la région viennent du Nœud ferroviaire lyonnais », a assuré le vice-président à l’urbanisme, Michel Le Faou.

Augmenter la capacité de 40 %

Il faut donc voir à long terme. L’objectif est de réaménager, lors des vingt prochaines années, le Nœud en permettant une augmentation de capacité de 40 % tout en détournant le trafic de fret de la Part-Dieu. Le débat public va s’ouvrir le 11 avril et durera jusqu’au 15 juillet. Maître d’ouvrage, SNCF Réseau a retenu plusieurs grands axes, dont certains ont fait grandement réagir les élus.

Alors que la voie L est en cours de construction à la Part-Dieu, SNCF Réseau imagine déjà ajouter deux nouvelles voies à la plus grande gare lyonnaise. Deux scénarios ont été évoqués : l’intégration de ces voies en surface ou en souterrain.

Si Gérard Collomb a défendu l’idée d’une centralisation à la Part-Dieu (« Vous n’avez aucune grande ville européenne qui n’a pas une gare centrale, un hub »), de nombreux élus ont souligné les problèmes posés par cette hyper-concentration dans ce qui est déjà la première gare française en termes de correspondances.

« La Part Dieu ne peut pas être l’endroit où tout converge et où tout le monde se retrouve. Nous savons ici la difficulté de pouvoir accéder à ce secteur », a estimé François-Noël Buffet (Les Républicains). Un peu plus tôt, Christophe Geourjon (UDI) était du même avis : « Le choix de tout concentrer sur la Part-Dieu est discutable. Est-il pertinent que 2 ou 3 millions d’habitants soient obligés de se rendre au cœur de la ville pour emprunter un train ? », demande l’élu.

Et Saint-Exupéry ?

En filigrane est venue sur la table, la sous-utilisation d’une autre gare. « Comment ne pas s’interroger sur le développement de l’aéroport Saint-Exupéry, et de cette gare sous utilisée depuis des années ? », a demandé François-Noël Buffet, regrettant un « manque de vision à long terme ». Défendant son idée de « hub », Gérard Collomb estime que Saint-Exupéry pourrait être une gare secondaire, « mais elle a été conçue comme une voie passante ». « Faisons attention de ne pas être à l’écart des grands flux européens », a affirmé le maire de Lyon. De plus, la question du trajet entre la gare Saint-Exupéry et le centre-ville, actuellement monopolisé par le Rhônexpress, a été à peine effleurée mais est dans toutes les têtes.

Autre axe d’amélioration pour le NFL : l’ajout de deux nouvelles voies entre Saint-Clair et la Guillotière, sur environ 10 kilomètres. Là encore, comment les intégrer ? Gilbert-Luc Devinaz (La Métropole Autrement) a rebondi, avouant ses craintes sur « un doublement des voies boulevard Stalingrad ». « La Métropole Autrement souhaite que soient pris en compte d’autres scénarios ». Enfin, la mise à quatre voies entre Saint-Fons et Grenay (Isère) est à l’étude.

Le coût estimé de ces réaménagements, selon les scénarios, s’établit entre 2,7 et 4,2 milliards d’euros.

D'où vient le trafic ?

Répartition du trafic par jour sur Perrache et Part-Dieu

15 % de fret

16 % de mouvements techniques

18 % de grandes lignes

51 % de TER

Jean-Philippe CAVAILLEZ

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?