La Mulatière La future piste cyclable et piétonne « va dans le bon sens »

Vue de la future voie piétonne et cyclable sur le pont de La Mulatière.  Photo illustration Métropole
Vue de la future voie piétonne et cyclable sur le pont de La Mulatière.  Photo illustration Métropole
Avant les pistes cyclables, les cyclistes devaient partager la chaussée avec les voitures   et les camions.  Photo archive Le Progrès
Avant les pistes cyclables, les cyclistes devaient partager la chaussée avec les voitures et les camions.  Photo archive Le Progrès
Vue de la future voie piétonne et cyclable sur le pont de La Mulatière.  Photo illustration Métropole Avant les pistes cyclables, les cyclistes devaient partager la chaussée avec les voitures   et les camions.  Photo archive Le Progrès

Les travaux doivent commencer d’ici peu, en parallèle de la transformation de l’autoroute A7 en boulevard urbain. La voie réservée aux vélos et piétons, le long du pont de La Mulatière, va gagner 78 cm.

Une piste cyclable et piétonne plus large, des aménagements paysagers sur le futur boulevard urbain… Voilà ce qui attend les usagers d’ici la fin de l’année. Des aménagements très attendus par les cyclistes et piétons du secteur. « Pour rester positif, disons que cela va dans le bon sens… Et que les travaux vont bientôt débuter. Nous sommes actuellement sur un flux de 1 850 vélos par jour sur ce pont, ce qui n’est pas anodin. Il y a urgence à ce que les choses avancent », explique Fabien Bagnon du collectif Valve et de l’association La ville à vélo.

Une glissière en béton indispensable

À ses yeux, « il est tout de même dommage que, voyant qu’on ne pourrait pas agrandir plus, le projet en encorbellement n’ait pas été rouvert. Il a pourtant été acté par deux fois en conseil métropolitain dans le passé, pour une enveloppe de 2,2 millions d’euros. Le déclassement de l’autoroute l’avait mis à l’arrêt. Mais avec 78 cm de gagnés seulement, il aurait pu être remis sur le tapis ». Certains auraient bien vu disparaître la glissière en béton pour un dispositif plus léger et surtout plus fin. Impossible, répond Jean-Luc Da Passano, 6e vice-président de la Métropole de Lyon à la coordination du pôle Mobilités, déplacements, grandes infrastructures et voirie. « Il y a un certain nombre d’accidents chaque année, malgré la limitation de vitesse à 70 km/h. La glissière va être remplacée par une plus fine, mais il n’est pas souhaitable, en termes de sécurité, qu’elle soit enlevée ».

Une passerelle reliant Oullins à Gerland ?

Les associations de promotion et défense des modes de déplacement actif restent mobilisées, notamment pour la création d’une passerelle d’Oullins à Gerland.

La future voie piétonne et cyclable sera opérationnelle en fin d’année 2019.

1 850

C’est le nombre de vélos qui traversent le pont chaque jour.

Le pont de La Mulatière: un point noir pour les cyclistes

Depuis de nombreuses années, les adeptes de la petite reine du sud ouest lyonnais pointent du doigt le pont de La Mulatière.

Le collectif Valve (Venir à Lyon en vélo) avait même choisi l’humour. Il avait fait la première piste cyclable éphémère au monde… En papier toilette. Puis, le 1er avril 2015, ils avaient investi les trottoirs et carrefours déguisés en ouvriers de voirie. Simulant des travaux pour sensibiliser automobilistes et passants. D’actions fortes en discussions avec les élus, les choses avaient avancé. La construction d’une piste en encorbellement pour piétons et vélos a même été votée en conseil métropolitain.

Le déclassement de l’autoroute en boulevard urbain a mis un coup d’arrêt à ce projet. Début 2016, des travaux avaient permis d’améliorer les choses avec notamment l’aménagement des carrefours donnant accès au pont. Coût des travaux à l’époque : 375 000 €.

Le déclassement de l’autoroute A6/A7

Le but de l’opération est de contribuer à la baisse du flux de véhicules traversant Lyon par le tunnel de Fourvière. Une vitesse réduite à 70 km/h depuis déjà quelque temps, deux voies de circulation classique, une réservée au covoiturage et aux bus pour la partie sud. Les travaux qui ont débuté en janvier et se déroulent essentiellement la nuit, devraient se terminer fin 2019. Ils incluent les modifications sur le pont de La Mulatière. L’enveloppe globale des travaux de transformation en boulevard urbain s’élève à 29,3 millions d’euros.

Émilie CHARREL

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?