Lyon 5e | Commerces ‘‘So Vieux Lyon’’ veut faire revenir les Lyonnais dans le quartier

Charlotte Clarmont est gérante du commerce « les secrets d’apiculteur », rue St Jean, mais aussi présidente de So Vieux Lyon.  Photo Progrès /Eric BAULE
Charlotte Clarmont est gérante du commerce « les secrets d’apiculteur », rue St Jean, mais aussi présidente de So Vieux Lyon.  Photo Progrès /Eric BAULE

C’est l’essence du Vieux Lyon jusqu’à l’Antiquaille que souhaite faire rayonner So Vieux Lyon : une nouvelle association de commerçants, d’artisans, de professions libérales, restaurateurs, architectes, hôteliers, entreprises et autres artistes. Fondée en octobre, So Vieux Lyon a été pensé pendant le 1er confinement pour fédérer et ouvrir ses portes à tous.

« Le Vieux Lyon n’a pas assez parlé aux Lyonnais ». C’est le constat retranscrit par Charlotte Clarmont. « Le Vieux Lyon n’est pas seulement un quartier à touriste, c’est un quartier à vivre où énormément de choix sont proposés à tous les Lyonnais. Ces derniers ne viennent ici que rarement et il existe une grosse confusion sur la qualité de ce que l’on y trouve… », explique-t-elle.

De ce constat est née, en octobre, l’association So Vieux Lyon, présidée par Charlotte Clarmont, dont le but est de faire découvrir et redécouvrir ce quartier aux habitants de Lyon.

Si des locomotives comme le Food Traboule ou encore les « étoilés » de la rue du Boeuf sont essentielles au marketing du quartier, la présidente de l’association veut aller plus loin. « Il faut se réapproprier le quartier au-delà du patrimoine », explique-t-elle, « le but est de mettre en avant les talents, l’authenticité des histoires, de rencontrer et raconter les gens qui sont derrière leurs vitrines et qui font l’âme du quartier, de faire découvrir et briller les lieux riches en confessions ».

Pour atteindre ces objectifs, So Vieux Lyon fourmille déjà d’idées. « Notre modèle économique est ‘‘My Presqu’île’’ avec un management de centre-ville et une organisation collégiale, mais aussi des outils de communication pour donner envie au-delà de la ville et de la Métropole », précise Charlotte Clarmont.

Faire du Vieux Lyon un lieu incontournable

À court terme, So Vieux Lyon a l’ambition d’être représentatif des trois quartiers St-Paul, St-Jean et St Georges. « On habite et on travaille tous au même endroit, on doit aller tous dans le même sens », martèle Charlotte Clarmont.

À plus long terme, la présidente de l’association espère que le Vieux Lyon devienne un lieu incontournable pour les fêtes de fin d’année. « Cela fait trop longtemps qu’aucun décor de Noël n’est réalisé », souligne-t-elle. « Des initiatives et des animations trop solitaires existent, mais il faut fédérer car le financement est 50/50 avec la ville. »

Avec la crise sanitaire, les commerçants du quartier font grise mine parce que 70 % de leur chiffre d’affaires se fait avec les touristes. Une idée bien de saison est née par l’intermédiaire des élus du 5e et de l’autre association des commerçants et artisans du Vieux Lyon, l’ACVL ( Artisans et commercants du Vieux Lyon ). Il s’agit d’un calendrier de l’Avent qui publie chaque jour un focus sur un commerce et ses attraits sur le site de la mairie et sur les réseaux sociaux. Un lot est offert à une personne tirée au sort, parmi celles ayant partagé la publication.

C’est bien le genre d’initiative qu’à l’avenir So Vieux Lyon voudrait promouvoir. « C’est déjà une étape pour retrouver de la dynamique dans le quartier », conclut la Charlotte Clarmont

#sovieuxlyon et autres réseaux sociaux

De notre correspondant Eric BAULE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?