Innovation LDLC va dégainer son sabre laser à Las Vegas en janvier

LDLC présentera une douzaine de prototypes à Las Vegas en janvier.  Photo DR
LDLC présentera une douzaine de prototypes à Las Vegas en janvier. Photo DR

L’entreprise basée à Limonest, leader du e-commerce informatique, a développé un sabre laser qu’elle va présenter au Consumer electronics show de Las Vegas, un salon qui présente des technologies innovantes grand public. Trois autres start-up lyonnaises seront du voyage.

Pour ceux qui se rêvent jedi, Luke Skywalker, Obi-Wan Kenobi ou Dark Vador, ceux qui veulent que la force soit avec eux, LDLC a pensé à tout. L’équipe recherche et développement du leader du e-commerce informatique et high-tech a imaginé un sabre laser « ultra-réaliste », qui sera présenté au CES de Las Vegas du 8 au 11 janvier 2019.

« Je veux le sabre parfait »

« Il y a deux ans, pour Noël, j’avais acheté un sabre laser sur un site US à mes enfants, le meilleur du marché, explique le PDG de LDLC, Laurent de la Clergerie. Ils étaient tout contents mais il y avait des choses qui ne m’allaient pas ». Parmi les griefs du patron, le son se déclenchait trop tardivement et il était difficile d’en changer la couleur.

« Quand je suis revenu au bureau. J’ai posé le sabre sur le bureau de mon équipe R & D et je leur ai dit : “Je veux le sabre parfait”. Ils m’ont regardé de travers mais deux ans plus tard, le sabre est là », s’amuse le boss, qui admet que l’entreprise est un peu sortie de sa zone de confort.

Il aura donc fallu 24 mois de recherches et de tests pour aboutir au sabre de ses rêves, qui voit le jour sous la marque Solaari. Un sabre premium avec six heures d’autonomie, trois choix de manche, deux choix de lame (82 ou 92 cm), 600 à 700 grammes, batteries facilement rechargeables, couleur de la lame et son entièrement programmables…

Le sabre Solaari sera entièrement connecté et modulable via une application disponible sur Android et iOS. Sur cette dernière, des milliers de couleurs (fuchsia, bleu, citron…) et une bibliothèque d’effets sonores pour un sabre unique mais aussi les statistiques de combats.

Oui, car il faut rappeler que la pratique du sabre laser est un sport en plein boom et de nombreux clubs d’escrime proposent des séances ou des stages. « C’est d’ailleurs comme ça que mes enfants, qui sont dans un club d’escrime à Ecully, ont voulu un sabre », explique le PDG, qui a fait appel aux maîtres d’armes du club pour tester et améliorer le produit.

LDLC revendique aussi une « synchronisation parfaite entre le son et le mouvement ». Enfin, grâce à une connexion bluetooth, il est possible de partager le son dans un casque ou des enceintes. « C’est un truc tout bête mais ça fait un bruit de dingue. Avec ça, on pense aussi aux parents », explique Laurent de la Clergerie.

300 euros en prix public

En janvier, LDLC mettra en place un Kickstarter (financement participatif) pour lancer le produit : de 169 à 229 euros en prévente. Pourquoi ? « C’est le marché mondial qui m’intéresse », tranche Laurent de la Clergerie, espérant en écouler 50 à 100 000 unités en une année.

Pour ce produit qui « sera peut-être made in France », la commercialisation, au prix public de 300 euros, devrait intervenir entre avril et mai 2019.

Jean-Philippe CAVAILLEZ et Marie REDORTIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?