Football L’OL laisse-t-il leur chance aux jeunes ?

Rayan Cherki, ici face au PSG, a été appelé aux premiers rôles cette saison avec l’OL. Photo Progrès /Stéphane GUIOCHON
Rayan Cherki, ici face au PSG, a été appelé aux premiers rôles cette saison avec l’OL. Photo Progrès /Stéphane GUIOCHON
Maxence Caqueret, ici contre Bordeaux. Photo archives Progrès/ Stéphane GUIOCHON
Maxence Caqueret, ici contre Bordeaux. Photo archives Progrès/ Stéphane GUIOCHON
Rayan Cherki, ici face au PSG, a été appelé aux premiers rôles cette saison avec l’OL. Photo Progrès /Stéphane GUIOCHON Maxence Caqueret, ici contre Bordeaux. Photo archives Progrès/ Stéphane GUIOCHON

Une étude de l’Observatoire du football CIES indique que le club lyonnais figure en milieu de tableau hexagonal pour le pourcentage de minutes disputées par des joueurs de moins de 22 ans, sur la saison allant de 2019 jusqu’au 1er  mars 2020.

La carte jeunes ? Depuis de nombreuses saisons, l’OL a su porter au firmament ses pépites issues de la formation made in Lyon. De Benzema à Aouar, en passant par Fekir, pour n’en citer que quelques-uns.

Les aléas de cette saison 2019-2020, avant qu’elle ne soit tronquée par l’épidémie de coronavirus, ont amené le club lyonnais à encore piocher dans sa jeune garde, appelée en renfort face aux blessures. On retiendra ainsi les apports de joueurs comme Maxence Caqueret ou Rayan Cherki, bien utiles, au moins avant le mercato hivernal.

Mais le club fait-il suffisamment jouer ses jeunes  ? Non, pour certains supporters s’exprimant via les réseaux sociaux. Et certains se sont impatientés de voir ou revoir les prometteurs Kalulu, Bard ou encore Gouiri, par exemple.

13,5 % du temps de jeu pour les jeunes de l’OL

Les chiffres publiés par l’Observatoire du football du Centre International d’Étude du Sport (CIES) pourront leur apporter une réponse. Ils prennent en compte, sur la saison 2019 jusqu’au 1er  mars 2020, le pourcentage de minutes disputées par des joueurs âgés de moins de 22 ans.

L’Olympique Lyonnais figure à la 10e place du classement des 20 clubs français avec 13,5 %. Voilà qui pourrait mettre tout le monde d’accord et qui montre que Lyon sait laisser une chance aux jeunes mais sans y recourir à tout va.

 Pourcentage de minutes disputées par des U21, par club. Photo DR /Capture CIES
Pourcentage de minutes disputées par des U21, par club. Photo DR /Capture CIES

Une position médiane donc pour le club lyonnais, dans une « hiérarchie » où l’on trouve en tête Lille (32,12 %), Nice (30,8 %) et Saint-Étienne (24,6 %). En ajoutant Toulouse (24,3 %), on dénombre, au passage, quatre équipes françaises en tête du classement pour le Big 5, c’est-à-dire les 5 plus grands championnats européens.

Faisant moins bien que Lyon dans l’Hexagone, on notera l’OM avec 12,4 % et le PSG avec son banc pléthorique de joueurs aguerris (11,1 %). La queue du peloton, dans ce pourcentage de minutes disputées par des U21, est occupée par Monaco (8,3 %), Angers (5,4 %) et Amiens (0,4 %).

L’étude fait par ailleurs apparaître que la Ligue 1 française dans son ensemble présente le pourcentage le plus élevé parmi les championnats du big 5 (15 %), la Liga espagnole fermant la marche (7 %).

J.P .Z.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?