Métropole de Lyon Depuis quatre ans, il fait ses courses dans les poubelles

« On y va le soir au moment où ils sortent les poubelles, juste deux fois par mois » explique Fred.  Photo d’illustration Progrès /Richard MOUILLAUD
« On y va le soir au moment où ils sortent les poubelles, juste deux fois par mois » explique Fred.  Photo d’illustration Progrès /Richard MOUILLAUD

« On y va le soir au moment où ils sortent les poubelles, juste deux fois par mois » explique cet étudiant lyonnais de 27 ans.

Les supermarchés jettent encore. De manière informelle, et hors des circuits de distribution caritatifs, des personnes ont l’habitude de chercher ce qu’elles mangent dans des poubelles. Fred (prénom d'emprunt) en fait partie.

"Nous sommes une dizaine d’étudiants ou de personnes en situation précaire. Nous effectuons des sorties poubelles en fonction des disponibilités de chacun et des besoins. Cela nous permet de manger. Pendant le confinement, nous avons aussi redistribué à d’autres une partie de notre collecte. Chacun de nous avec des gens dans son quartier."

« En partie par besoin, en partie par conviction anti-gaspillage »

Étudiant à Lyon, le jeune homme de 27 ans assure ainsi son alimentation depuis quatre ans. "Nous faisons cela en partie par besoin, en partie par conviction anti-gaspillage." Cette façon de faire ses courses s’accorde avec le mouvement "freegan", né au milieu des années 90 aux États-Unis et dont ses militants rejettent la société de consommation.

En France, des groupes existent, notamment les mange-poubelles, ou les gars’pilleurs dont les militants communiquent leurs "bons plans sur les réseaux sociaux". Le budget nourriture est considérablement réduit… A peu de frais de déplacement.

"On y va le soir au moment où ils sortent les poubelles, juste deux fois par mois, poursuit Fred. Ainsi, je dépense entre 15 et 20 euros par mois pour mes courses alimentaires. Même si on voit que certains supermarchés ont certainement davantage pris l’habitude de donner à des associations, on trouve encore de grosses quantités dans certaines poubelles de supermarchés, ceux qu’on a repérés. Jusqu’à plusieurs dizaines de kilos de fruits, de légumes, de viande…"

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?