Lyon 8e Récup & Gamelles fait du gaspillage alimentaire son affaire

Brando (2 e en partant de la gauche), cuisinier de Récup & Gamelles,  accueille l’association Singa afin de préparer un repas à partir de produits de récupération.  Photo Progrès /Corinne MAULARD
Brando (2 e en partant de la gauche), cuisinier de Récup & Gamelles, accueille l’association Singa afin de préparer un repas à partir de produits de récupération.  Photo Progrès /Corinne MAULARD

Créée en 2014 par trois amies sensibles aux enjeux environnementaux et socio-éducatifs, mais qui avaient aussi un intérêt pour la cuisine, Récup & Gamelles est une association engagée dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. L’association, qui compte aujourd’hui cinq salariés et une apprentie, intervient dans différents domaines. Tout d’abord, la récupération d’invendus. Chaque semaine, l’association récupère des fruits et légumes bio, ainsi que le pain d’une boulangerie bio ou ponctuellement des invendus d’épicerie bio.

Une maison solidaire de l’alimentation va ouvrir

Ensuite, elle passe à de la sensibilisation : les produits collectés sont triés et utilisés lors des différentes activités de l’association : confection de buffets, de bocaux, d’animations événementielles, d’ateliers de cuisine. Si l’association intervient dans les MJC, les centres sociaux, les médiathèques, elle travaille aussi auprès de restaurateurs qui souhaiteraient s’engager dans un mouvement anti-gaspi.

Récup et Gamelles, déjà très active et en réussite, a d’autres projets. Une maison solidaire de l’alimentation devrait ouvrir au 1er semestre 2022 dans le 8e. Puis un déménagement dans des nouveaux locaux, plus grands dans le 8e , où en plus des activités actuelles, sera proposée de la restauration sur une base pédagogique et participative à l’horizon du deuxième semestre 2022. À noter que les supports pédagogiques, une exposition ainsi que des recettes sont accessibles gratuitement sur le site internet.

Récup et Gamelles, 28 C, rue Santos-Dumont, Lyon 8e. www.recupetgamelles.fr

De notre correspondante, Corinne MAULARD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?