Habitat Villeurbanne: une colocation pour plus d’autonomie

C'est au cœur du quartier des Gratte-Ciel de Villeurbanne que le projet de colocation voit le jour.  Photo Progrès/Joël PHILIPPON
C'est au cœur du quartier des Gratte-Ciel de Villeurbanne que le projet de colocation voit le jour. Photo Progrès/Joël PHILIPPON

Ce sont quatre déficients moteurs qui pourront, dès avril, s’installer ensemble dans un appartement de plus de 160 m²  au cœur des Gratte-Ciel. Ceci grâce au partenariat signé entre le bailleur Est Métropole Habitat et l’Association APF France Handicap.

Sur les 20 appartements de la future résidence Anatole-France, située aux Gratte-Ciel à Villeurbanne, un sera dédié à la colocation pour quatre jeunes gens en situation de handicap, âgés de 22 à 29 ans.

Un T5 adapté, à loyer modéré

Chloé, Laetitia, Soumia et Loïc sont les quatre chanceux qui ont été choisis après appel à candidature pour intégrer cette colocation insolite dans la ville. Un T5 de plus de 160 m², tout équipé, disposant de quatre grandes chambres, deux salles de bains en plein cœur de Villeurbanne.

« Tout a été conçu en partenariat : analyse des besoins spécifiques dans l’architecture intérieure, l’équipement du logement, le mobilier » indique Gaël Brand, directeur territorial d’APF France Handicap Rhône-Alpes.  Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE
« Tout a été conçu en partenariat : analyse des besoins spécifiques dans l’architecture intérieure, l’équipement du logement, le mobilier » indique Gaël Brand, directeur territorial d’APF France Handicap Rhône-Alpes. Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE

« Nous le voulions près des Gratte-Ciel, bénéficiant ainsi d’une domotique et d’une architecture intérieures adaptées allant des plans de travail, placards, espaces larges pour les déplacements en fauteuils, levages et couchages. Tout a été réfléchi et décidé ensemble » précise Gaël Brand, directeur territorial d’APF France Handicap. Les difficultés financières inhérentes au handicap ont elles aussi été prises en compte. Il n’en coûtera que 300 € (hors charge) par mois à chacun des quatre locataires.

Vivre ensemble et faire des rencontres

Si les quatre jeunes gens répondent à un désir important d’autonomie, ils ne seront pour autant pas livrés à eux-mêmes. L’accès des personnels soignants sera possible 24 h/24. « En fait, s’installer dans cette colocation, c’est choisir le “vivre ensemble” au quotidien entre jeunes adultes présentant des handicaps différents. C’est également une occasion de se faire des amis, vivre le voisinage, partager un repas, une discussion, un film… », appuie Gaël Brand.

Céline Reynaud, directrice générale d'Est Métropole Habitat : « Ce projet d'appartement en colocation pour personnes présentant un handicap, donne une dimension nouvelle à nos missions de service public »  Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE
Céline Reynaud, directrice générale d'Est Métropole Habitat : « Ce projet d'appartement en colocation pour personnes présentant un handicap, donne une dimension nouvelle à nos missions de service public » Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE

Pour Céline Reynaud, directrice générale d’Est Métropole Habitat, « Ce partenariat donne une dimension nouvelle au logement et propose une meilleure façon d’habiter. »

Si les quatre colocataires espéraient pouvoir s’installer dès octobre, c’était sans compter sur la crise sanitaire qui a stoppé net le chantier de construction de cette nouvelle résidence. Chloé, Laetitia, Soumia et Loïc devront donc patienter jusqu’en avril pour se lancer dans l’aventure et côtoyer au quotidien les étudiants qui vivront là aussi.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?