Villeurbanne Les associations de Saint-Jean au chevet du quartier

L’adjointe Laura Gandolfi a impulsé ce dispositif innovant regroupant les associations.  Photo d'archives Progrès/Emmanuelle BABE
L’adjointe Laura Gandolfi a impulsé ce dispositif innovant regroupant les associations. Photo d'archives Progrès/Emmanuelle BABE

Les associations du quartier Saint-Jean à Villeurbanne montent en première ligne pour être présent auprès de la population. Notamment pour l’aide aux devoirs.

Dans ce quartier enclavé de Villeurbanne, peu desservi par les TCL, où il n’y a ni boulangerie, ni grande surface, où la Poste et les médecins ont déserté, le confinement de la population pourrait être plus compliqué encore si les associations n’unissaient pas leurs efforts.

Quatre associations main dans la main

Ainsi, sous l’impulsion de Laura Gandolfi, adjointe au maire sur les quartiers Cusset, Saint-Jean, Buers, et Chaib Wahid, responsable culture et intergénérationnel, quatre associations locales : le centre d’animation, l’association des Chalets, Nous et Vous représentée par Soraya Hadjara et le conseil de quartier par Samira Yousfi font preuve d’initiatives communes.

Un dispositif spontané qui s’étend aux quartiers voisins

« Il s’agissait de créer une dynamique afin de venir en aide aux familles, aux personnes âgées et aux jeunes les plus touchés par cette période de confinement » explique Sofia Benkaddour, présidente de l’association des Chalets.

« Nous savons que la fracture numérique est profonde sur ce quartier. Peu de familles disposent d’un ordinateur et d’une imprimante. Nous avons ainsi décidé, avec le centre d’animation, d’imprimer les formulaires de déplacement. Un dispositif que nous avons étendu aux élèves et collégiens en imprimant les devoirs. »

Laura Gandolfi a pris l’initiative de contacter les principaux des collèges Jean-Mace et Simone-Lagrange pour connaître les familles qui avaient des besoins : « Nous les recevons, avec le soutien de Djamila Lallali, présidente du centre d’animation, trois jours par semaine, pour leur transmettre les devoirs donnés par les enseignants » poursuit Wahid Chaib. Les associations sont présentes également pour distribuer du gel hydroalcoolique offert gracieusement par La Lyme, des coloriages et jeux pour enfants.

Cela permet aux riverains de découvrir les associations du quartier

Ce dispositif pilote, initié dès le 19 mars à St Jean, s’étend progressivement sur d’autres quartiers.

« Cette veille, permet à un public parfois isolé, de connaître les structures sociales, les associations qui œuvrent dans ces quartiers » souligne Laura Gandolfi.

Wahid Chaib abonde en ce sens, puisqu’il voit arrivé au Centre d’animation un public nouveau. « Ce sera à nous ensuite de conserver ce lien et d’instaurer un élan, pour impliquer ces familles dans la vie du quartier ».

Un après confinement qui déjà se dessine et redonne un sens aux valeurs initiales de l’éducation populaire !

De notre correspondant Dominique CAIRON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?