Environnement Au jardin des Silybes, on cultive autrement avec la permaculture

En attendant le chantier….  Photo Jean-Marc MANIFICAT
En attendant le chantier….  Photo Jean-Marc MANIFICAT

Dans le 7e arrondissement, un jardin partagé de 200 m2 est structuré en permaculture depuis février 2015.

A côté du jardin d’Amaranthe, place Mazagran, le jardin des Silybes, jardin partagé de 200 m2 structuré en permaculture a été initialement créé sur une friche en 2005 et entièrement restructuré en 2014, hébergé par l’association Brin d’Guill', accompagné du Pass-Jardins. Ce havre de nature dans le centre-ville de Lyon est une expérimentation.

Qu’est-ce que la permaculture ?

C’est une méthode systémique et globale qui vise à concevoir des systèmes en s’inspirant de l’écologie naturelle et de la tradition. Elle n’est pas une méthode figée mais un “mode d’action” qui prend en considération la biodiversité de chaque écosystème.

La permaculture n’est pas une nouvelle façon de jardiner, c’est une philosophie de vie où les animaux, les insectes, les êtres humains, les plantes et les micro-organismes vivent normalement en harmonie dans un environnement sain et auto-suffisant.

Quelle est l’origine du mot permaculture ?

Le mot permaculture est la contraction de (agri)culture perma(nente). Il a été inventé par Bill Mollison et David Holmgren dans les années 1970. Il regroupe des principes et des techniques d’aménagement et de culture à la fois ancestraux et novateurs, dans un concept global, le design. Il vise à faire de son lieu de vie, un écosystème harmonieux, productif, autonome, naturellement régénéré et respectueux de la nature et de tous ses habitants.

Le réaménagement de permaculture des Silybes devait commencer samedi dernier par la mise «à terre» des buttes, car elles n’ont pas fonctionné comme il était espéré. Le chantier aura lieu à une date ultérieure par un temps plus clément.

La permaculture n’étant pas une méthode figée mais un «mode en action», cette évaluation a été prise en compte et ce sera une approche avec un design différent et beaucoup plus d’arbres.

Avec le printemps, le changement devrait relancer une nouvelle dynamique et expérimenter à nouveau l’abondance et le partage dans ce havre de nature urbaine.

Jardin des Silybes, 6, rue Capitaine-Robert-Cluzan. Le Passe-Jardins, 131, rue Challemel-Lacour.

De notre correspondant Jean-Marc MANIFICAT

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?