Lyon C’est le moment de pousser la porte des galeries d’art !

« Fantôme d’or au bois doré » d’Idir Davaine à la galerie Slika.  Photo DR
« Fantôme d’or au bois doré » d’Idir Davaine à la galerie Slika. Photo DR

Avec les librairies, les galeries sont les seuls lieux culturels autorisés et leur accès est gratuit. Alors, pourquoi s’en priver ? Quelques suggestions de visites à Lyon.

Fantôme d’or à la Galerie Slika

Les toiles d’Idir Davaine (Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 2017) sont comme les contes : on pense reconnaître un élément, et c’est autre chose qui apparaît. À partir d’une couleur, d’un paysage, l’artiste déploie les aplats, les déplace et sous ses doigts surgissent de nouveaux secrets, de nouvelles histoires. C’est la trame de l’exposition « Fantôme d’or au bois doré » à parcourir dans ce beau lieu, un ancien atelier d’ébénisterie.

> Galerie Slika, 25 rue Auguste-Comte, Lyon 2e. Du 16 janvier au 20 février, du mardi au samedi de 10 h à 19 h.

 Plaids, écharpes, étoles et cols en cachemire, soie, laine et lin réalisés par Colette Gauzit, à la galerie 7. Photo DR
Plaids, écharpes, étoles et cols en cachemire, soie, laine et lin réalisés par Colette Gauzit, à la galerie 7. Photo DR

Textiles à la galerie 7

Ancienne élève de l’école de tissage de Lyon à la fin des années 1960, Colette Gauzit continue de tisser chez elle sur métier à bras, dans un atelier sous les toits. Découvrez les plaids, écharpes, étoles et cols en cachemire, soie, laine et lin réalises par celle qui est aussi l’épouse du galeriste Paul Gauzit.

> Galerie 7, 7 place Gailleton, Lyon 2e. Du 14 au 23 janvier, du lundi au samedi de 10 à 18 h. Journée inaugurale le jeudi 14 janvier dès 10 h par groupes de 5 personnes maximum.

 Les compositions de Pierre Montheillet à la galerie Mandon.   Photo DR
Les compositions de Pierre Montheillet à la galerie Mandon.   Photo DR

Vie d’artistes chez Jean Louis Mandon

Pas de nouvelle exposition chez Jean Louis Mandon, mais une sélection d’œuvres récentes d’artistes de la galerie, avec des changements toutes les quinzaines  : sculptures de Victor Caniato, gouaches de Pierre Montheillet , paysages d’Eric Gouttard, expériences de Bernard Rouyard, pastels de Natalina Micolini, clairs obscurs d’Hervé Thibaud…

> Galerie Jean Louis Mandon, 3, rue Vaubecour, Lyon 2e. Du mardi au samedi de 14 à 19 heures.

 Les lignes vibrantes Jean-Michel Comte à la galerie Henri Chartier.   Photo DR
Les lignes vibrantes Jean-Michel Comte à la galerie Henri Chartier.   Photo DR

Encres à la galerie Henri-Chartier

Le second confinement n’avait pas permis de clôturer l‘exposition de Jean-Michel Comte, L’assaut , en octobre. À partir du 14 janvier, cet artiste, né à Nice et installé à Montreux, dévoilera des œuvres réalisées pendant le confinement.

Elles prennent leur source dans un tumultueux vécu qu’il transcende en écrits dissimulés, lignes vibrantes et figures éclaboussées, réalisées à l’encre à même le sol.

> Galerie Henri-Chartier, 3 rue Auguste-Comte, Lyon 2e. Rencontre avec Jean-Michel Comte le samedi 23 janvier. Ouvert le mardi de 14h à 19 h et du mercredi au samedi de 11 h à 19 h.

 Metroplis : les paysages architecturaux de Christian Poncet à la galerie NörKa.   Photo DR
Metroplis : les paysages architecturaux de Christian Poncet à la galerie NörKa.   Photo DR

Photographies chez NörKa

Maintes fois récompensé, Christian Poncet est un photographe (lyonnais) rompu aux techniques argentiques qu’il pratique depuis plus de 20 ans. La série Metropolis propose des tirages réalisés au moyen d’un procédé minimaliste qui s’apparente à celui de la chambre noire. Entre réalité et fiction, les images donnent à voir des paysages architecturaux sublimés, au sein desquels évoluent des silhouettes. À voir dans l’ancienne galerie Pallade devenue NörKa depuis juin 2020.

> Galerie NörKa, 35 rue Burdeau, Lyon 1er. Jusqu’au 13 mars. Du mercredi au samedi de 14 h 30 à 19 h.

I. B.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?