Théâtre Jean Bellorini, directeur du TNP de Villeurbanne : « Je veux faire tomber les murs de la forteresse »

Parmi ses nombreux projets, Jean Bellorini souhaite créer une troupe éphémère constituée de 25 comédiens amateurs qui donnera un spectacle tous les ans. Photo Michel CAVALCA
Parmi ses nombreux projets, Jean Bellorini souhaite créer une troupe éphémère constituée de 25 comédiens amateurs qui donnera un spectacle tous les ans. Photo Michel CAVALCA

Le nouveau dirigeant trace les grandes lignes d’un mandat qu’il place sous le signe de la transmission.

Vous découvrez le TNP. Quelles sont vos premières réactions ?

« J’hérite du plus bel outil de France, un outil sain que je veux réinventer et réinscrire dans la cité, d’un théâtre pour tous où le public peut entrer facilement. Je n’ai d’autre projet que d’être au service du TNP. Pour cela il faut faire tomber les murs de la forteresse, mais en douceur ».

Comment se traduiront ces engagements ?

« Le TNP doit d’abord retrouver sa lisibilité, ne plus être ce théâtre trop souvent associé à tel ou tel groupe social. Plus éclectique, ouverte à toutes les cultures et de dimension internationale, la programmation revendiquera un théâtre de textes d’aujourd’hui qui font écho à notre monde. Un Théâtre National Poétique. N’avons-nous pas tous en nous une part poétique ? Nous allons au théâtre pour nous rappeler à nous-mêmes et au monde où nous vivons ».

Comment comptez-vous réinscrire le TNP dans la cité ?

« Le TNP doit contribuer au développement de la pratique artistique. J’ai commencé le théâtre à l’école. Je sais ce qu’elle m’a apporté. Mais il faut aller plus loin, passer de l’école du spectateur à celle de la pratique. Dans cette optique, nous constituerons une troupe éphémère, 25 comédiens amateurs âgés de 12 à 20 ans, qui jouera un spectacle chaque année.

Je veux donner les moyens aux gens qui veulent faire du théâtre. Cette troupe ouvrira les manifestations du centenaire du TNP avec des textes de Firmin Gémier et de Jean Vilar. Un centenaire que j’organise avec mon prédécesseur Christian Schiaretti, mais que je porterai ».

Les comédiens invités contribueront-ils à ce projet ?

« C’est même une exigence vis-à-vis des troupes invitées. Le soir, l’acteur sera sur le plateau, la journée dans les classes. Ils apporteront aussi leur concours aux projets des artistes que je veux associer d’ores et déjà au TNP comme Lilo Baur et Margaux Eskenazi, le chorégraphe Thierry Thieu Niang, la violoncelliste Sonia Wieder Atherton, le dramaturge André Markovicz et l’illustrateur Serge Bloch. Avec eux, je veux faire un théâtre de la joie ».

Quelle famille théâtrale revendiquez-vous ?

Mes grands-parents pourraient être Peter Brook et Ariane Mnouchkine ; mes parents Simon McBurney, Jean-François Sivadier et Joël Pommerat ; mes frères Tiphaine Raffier, Christophe Rau et Thomas Joly. Vous les verrez à Villeurbanne dans les saisons prochaines.

Pouvez-vous dévoiler quelques titres de votre première saison ?

« Cet été, au festival d’Avignon dans la cour d’honneur du Palais des papes, je signe un spectacle de Valère Novarina, sur le mythe d’Orphée que je reprendrai dans la saison. Partenaires de la Biennale de la Danse, le TNP ne doit pas être un simple garage. En septembre, nous afficherons un spectacle de Richard Nelson sur l’histoire de la danse. Georges Lavaudant, qui a codirigé le TNP avec Roger Planchon, présentera « Le Roi Lear » de Shakespeare, un rôle interprété probablement par Jacques Weber ».

Bio express

1981 : Jean Bellorini naît à Paris, dans une famille de médecins.

2001 : création de la compagnie Air de lune.

2009 : "Tempête sous un crâne", d’après "Les Misérables" de Victor Hugo, son premier grand spectacle.

2009 : première mise en scène lyrique avec "Barbe bleue" de Jacques Offenbach à l’opéra de Fribourg (Suisse). Ses débuts français datent de 2016 avec "La Cenerentola" de Rossini à Lille.

2012 : prix de la Révélation théâtrale décerné par le Syndicat de la critique pour "Paroles gelées", d’après Rabelais.

2014 : Molière de la mise en scène et du meilleur spectacle du théâtre public pour "Paroles gelées" et "La Bonne âme du Se-Tchouan" de Brecht

2014 : nommé à la direction du théâtre Gérard-Philipe, CDN de Saint-Denis.

2016 : création de "Karamazov" d’après Dostoïevski, au Festival d’Avignon.

2019 : nommé à la direction du TNP de Villeurbanne.

Recueillis par Antonio MAFRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?