RELIGION Lyon : Glorious, l’autre star de la messe de Noël

Thomas et Benjamin Pouzin reviennent chaque dimanche à Lyon pour la messe à Sainte-Blandine.  Photo DR
Thomas et Benjamin Pouzin reviennent chaque dimanche à Lyon pour la messe à Sainte-Blandine.  Photo DR
Thomas Pouzin à Sainte-Blandine : la moitié du groupe Glorious.  Photo DR
Thomas Pouzin à Sainte-Blandine : la moitié du groupe Glorious. Photo DR
Benjamin Pouzin, la ferveur en musique. Photo DR
Benjamin Pouzin, la ferveur en musique. Photo DR
Glorious : n°1 de la pop-louange en France. Photo DR
Glorious : n°1 de la pop-louange en France. Photo DR
Les fidèles de Sainte-Blandine : une équipe pleine chaque dimanche. Photo DR
Les fidèles de Sainte-Blandine : une équipe pleine chaque dimanche. Photo DR
Thomas et Benjamin Pouzin reviennent chaque dimanche à Lyon pour la messe à Sainte-Blandine.  Photo DR Thomas Pouzin à Sainte-Blandine : la moitié du groupe Glorious.  Photo DR Benjamin Pouzin, la ferveur en musique. Photo DR Glorious : n°1 de la pop-louange en France. Photo DR Les fidèles de Sainte-Blandine : une équipe pleine chaque dimanche. Photo DR

Ce mardi 24 décembre, le groupe de pop-louange animera la traditionnelle messe de Noël de l’église Sainte-Blandine. Sauf que l'événement -succès oblige- se déroulera à la Salle 3000. Un succès notamment dû à la présence des frères Pouzin. Retour sur une success story à la lyonnaise.

Chaque année, victime de son succès, l’église Sainte-Blandine est obligée de refuser du monde pour sa messe de Noël. L’an dernier, deux messes, l’une à 18 heures et l’autre à 21 heures, n’ont pas suffi à accueillir tous les fidèles.

Les raisons sont nombreuses : la notoriété de l'église de Lyon 2e, l’ambiance, la qualité de l’homélie mais surtout la présence du groupe Glorious qui anime chaque année la messe…

Car la renommée des frères Benjamin et Thomas Pouzin va aujourd’hui bien au-delà des frontières rhodaniennes.

Créé en 2000, leur groupe chrétien de pop-louange dépasse le simple cadre de la musique.

Après plusieurs albums, plus de cinquante concerts par an en tournée partout, y compris au Vatican, des vidéos Youtube qui dépasse les 15 millions de vues… Ils sont aujourd’hui les leaders français et francophones de la musique pop catholiques.

Désormais ils en vivent. Bien, même. Eux se revendiquent comme « le flambeau d’une nouvelle génération qui sert Dieu et l’Eglise d’un cœur passionné par sa créativité. »

« Si les églises se vident, Sainte-Blandine est constamment pleine »

Reste que les frères Pouzin reviennent toujours aux sources : chaque dimanche ils animent la messe dans cette église Sainte-Blandine qui les a vus naître.

« On est souvent en tournée. Là, on part à Paris, Cholet, Angers… On joue dans des lieux prestigieux, souvent des églises comme cette semaine la cathédrale d’Evry. A chaque fois, un millier de personnes… Mais le dimanche, on est à Lyon, dans notre paroisse, pour animer la messe dominicale moderne à 18 h 30. Et si les églises se vident, Sainte-Blandine est constamment pleine », affirme Benjamin Pouzin.

Pour la messe de ce 24 décembre, ils vont faire les choses en grand. Après la patinoire Charlemagne l'an passé, c'est à la Salle 3000, à la Cité internationale, que l'événement aura lieu. 

« C’est dans notre ADN d’apporter quelque chose de nouveau : Vous savez, les Lyonnais sont atypiques ! On y trouve des vrais tradis et des archi-progressistes ! L’église rhodanienne est très abîmée ces derniers temps et les Lyonnais attristés. Glorious répond à ceux qui vont à l’église mais pas trop. Et là, jouer dans un tel lieu, qui n’est pas un lieu de culte, ça nous correspond bien ! »

Pour cette première à la Salle 3000, ils promettent un concert « très Noël. On va revisiter de vieux cantiques et il y aura plein de surprises. Beaucoup de gens passent Noël seuls, et nous leur proposons un spectacle gratuit, pour qu’ils se sentent bien », termine Benjamin Pouzin.

Près de vingt ans de succès

L'église Sainte-Blandine en liesse à la fin de la messe. Photo DR
L'église Sainte-Blandine en liesse à la fin de la messe. Photo DR

Depuis presque 20 ans, les frères Pouzin, originaires de Valence, chantent le message de l’Evangile.

Un seul objectif : le rendre gai et actuel. « Le problème, c’est que ce message, les chrétiens ne savent pas bien le partager. On avait deux passions quand on était gamins : la musique et la religion. Nous les avons associées et surtout, ce message, nous l’avons rendu simple et moderne : on se sent à la fois proche et loin de l’Eglise. Quand vous donnez de la joie, votre authenticité fait aimer le fait de revenir à la messe », assure Benjamin Pouzin.

"Ecoutez Kenny West ou Coldplay" 

Et si au départ, les autres groupes voyaient Benjamin et Thomas Pouzin comme les enfants de chœur, les mentalités ont évolué. « Le regard a changé. Les autres groupes, mais aussi le public, nous regardent autrement. Souvent avec respect et bienveillance. Evidemment, il y a le Halleluja de Leonard Cohen, mais écoutez les derniers albums de Kenny West ou Coldplay : la part de quête spirituelle et religieuse est de plus en plus marquée ».

> Messe de Noël à la Salle 3000, 10, quai Charles-de-Gaulle, Lyon 6e. Ouverture des portes ce mardi 24 décembre à 16 heures. Début du concert à 17 heures et de la messe de Noël à 18 heures. Entrée libre.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?