Fête des Lumières Sur les quais du Rhône, ces « lucioles » qui renferment les mots de nos seniors

Eric Barray et son équipe pluridisciplinaire installent "Lucioles" sur les hauts quais du Rhône.  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Eric Barray et son équipe pluridisciplinaire installent "Lucioles" sur les hauts quais du Rhône.  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Photo Progrès /Marie-Christine PARRA
Eric Barray et son équipe pluridisciplinaire installent "Lucioles" sur les hauts quais du Rhône.  Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA Photo Progrès /Marie-Christine PARRA

Eric Barray, artiste lumière invite à cheminer jusqu’au Parc de la Tête d’or escortés par des « Lucioles ». Un projet participatif mené avec les habitants, éco-design qui s’intègre au paysage.

Pour accompagner le cheminement piéton du pont Morand au parc de la Tête d’Or durant la Fête des Lumières, la Ville a misé sur le programme « Lucioles », signé Eric Barray et Manu Théry.

Depuis dimanche, l’équipe, forte d’une dizaine de membres, installe « Lucioles » sur les platanes qui bordent les hauts quais du Rhône.

Il y en a 1 000, de couleur blanche, qui vont déployer leurs ailes lumineuses durant les festivités, dès la nuit tombée.

Un travail participatif avec les aînés de la Ville de Lyon

Eric Barray a conçu son spectacle lumière avec les aînés de la Ville de Lyon. Pendant deux mois et demi, à raison de deux séances par semaine, ces derniers ont confectionné une centaine de lucioles prenant soin d’écrire un message à l’intérieur.

Message de paix, d’amour, religieux ou privé : les mots des aînés resteront dans le secret du cocon. Ont participé, les aînés du Clos Jouve, de la résidence Rinck, des Petits frères des pauvres, ceux qui fréquentent l’association « Un Moment de détente ».

« Tim et Colette », l’agence de location intergénérationnelle, Singa, qui vient en aide aux migrants, et le lycée René-Pellet de Villeurbanne, qui scolarise des jeunes déficients visuels, ont aussi pris part aux préparatifs.

En guise de remerciement, Eric Barray a promis de retourner voir les aînés dans les Ehpad fin janvier 2020 avec un film retraçant cette aventure lumineuse, humaine et artistique.

« Tout va apparaître la nuit avec la lumière »

En début de semaine, l’heure était à la mise en place et aux réglages techniques.

Depuis dimanche, une équipe composée d’artistes et de techniciens de la société Versus, et d’une élève de l’école Grim Edif installe les cocons sur les platanes.

Il faut tirer les fils, s’assurer que les cocons sont bien fixés et que le parcours lumineux est cohérent.

Des cocons qui vont jusqu’à 1,50 mètre de long et sont fabriqués dans de l’osier. Pour Eric Barray, « l’essaim d’osier rappelle l’objet artisanal qu’on a tous chez soi (corbeille, fauteuil…) Un objet du quotidien qui se retrouve au cœur d’une scénographie artistique. »

Plaqués sur le tronc des platanes à trois mètres de haut, les essaims libéreront, à la nuit tombée, leurs insectes.

« Je ne cherche pas à être dans le clinquant… Ce que je veux transmettre, c’est une émotion", explique l’artiste, qui revendique un projet plein de poésie fait main et qui se fond dans la nature. « Tout va apparaître la nuit avec la lumière. »

Monochrome sur les hauts quais du Rhône, «Lucioles» laisse place à des insectes qui prennent leur envol jusqu’à constituer un écran multicolore.

Dans leur cheminement jusqu’au parc de la Tête d’Or, les visiteurs seront accompagnés par le bourdonnement des insectes.

Marie-Christine PARRA

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?