Insolite Participez à un jeu grandeur nature avec Apocalypse Z 

Une fois dans le parcours, il faut avancer… pour rejoindre le refuge. Mais attentions aux personnes contaminées ! Photo Progrès /Apocalypse Z
Une fois dans le parcours, il faut avancer… pour rejoindre le refuge. Mais attentions aux personnes contaminées ! Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Photo Progrès /Apocalypse Z
Une fois dans le parcours, il faut avancer… pour rejoindre le refuge. Mais attentions aux personnes contaminées ! Photo Progrès /Apocalypse Z Photo Progrès /Apocalypse Z Photo Progrès /Apocalypse Z Photo Progrès /Apocalypse Z Photo Progrès /Apocalypse Z

Après Toulouse, Alès et Canet-en-Roussillon, c'est au tour de Lyon d'accueillir, samedi 2 novembre, le jeu immersif et grandeur nature Apocalypse Z. Encadrés par 200 bénévoles, 600 participants vont devoir traverser une zone remplie de zombies tout en résolvant des énigmes… Un seul but durant cette épreuve nocturne et ludique : rester en vie.

Samedi 2 novembre, c’est le chaos : une épidémie virale a frappé Lyon et les communes environnantes. Vous êtes parmi les survivants et un point de rendez-vous vous a été donné. Il vous faut rallier un refuge qui se situe au cœur d’une zone contaminée, en passant toutes les épreuves qui vont être proposées tout au long du parcours. Avec un seul but  : survivre.

Un pitch simple, efficace. Bienvenue à Apocalypse Z, le jeu de rôle immersif et grandeur nature qui fait clairement penser à Walking dead, la série TV et de BD déjà culte. Une première édition lyonnaise de cet événement hors du commun, lancé en 2014 par l’association narbonnaise The Kmeleon. « J’ai travaillé à Disney World où j’ai notamment organisé des intrigues autour d’Halloween. Mais c’est en Angleterre en 2010 que j’ai découvert l’idée d’un jeu en grandeur nature avec des zombies. C’était incroyable et effrayant à la fois ! J’ai proposé de le lancer en France et depuis, nous en avons organisé, avec réussite, plus d’une dizaine. C’est évidemment que les zombies, ça exacerbe la peur et que si l’on avait essayé avec des Bisounours, ça n’aurait certainement pas aussi bien fonctionné… » explique en riant sa fondatrice Gaëlle Girard.

 Gaëlle et Corinne, fondatrice et présidente de l'association The Kmeleon qui gère l'Apocalypse Z, sont bien entourées... Photo Progrès /Apocalypse Z
Gaëlle et Corinne, fondatrice et présidente de l'association The Kmeleon qui gère l'Apocalypse Z, sont bien entourées... Photo Progrès /Apocalypse Z

Immersion des joueurs dans leur quotidien

En quelques années, leur concept s’est affiné et les mordus sont de plus en plus nombreux. Plus fort que les simples parades à travers la ville, voilà le jeu !

« Pour organiser une telle manifestation en France, dans un lieu ouvert au public, ce n’est pas simple ! il faut s’y prendre très en amont pour obtenir les autorisations. Avec Apocalypse Z, nous souhaitons immerger les joueurs dans leur quotidien, tout en les coupant de leurs habitudes : pas de portable, mais de la solidarité et le plaisir de l’inattendu. C’est la raison pour laquelle, afin d’éviter badauds et soucis d’organisation, nous ne donnons le lieu de rendez-vous que la veille et uniquement aux joueurs », ajoute-t-elle.

Un projet collectif et 200 bénévoles

Le concept, déjà connu dans l’Est et dans le Sud, débarque donc à Lyon pour une première très attendue.

Un challenge pour l’équipe -de seulement trois personnes toute l’année- qui doit s’adapter dans chaque ville. « En créant ce jeu, notre objectif était avant tout de rapprocher les gens autour d’un projet, de travailler la cohésion, l’adrénaline en plus ! Car pour accueillir 600 personnes dans le jeu en fin de journée, il faut avoir préparé tout le back-office, délimité la zone, construit les décors et les ateliers, organisé le maquillage.

C’est au total une équipe de 200 bénévoles qui va tout mettre en place en quelques heures. Et ce qui est ce qui est motivant pour nous, c’est de créer cette communauté et de voir des joueurs qui ont adoré participer, passer de l’autre côté pour devenir bénévoles » conclut-elle.

 L’ambiance et les décors jouent un grand rôle… Photo Apocalypse Z
L’ambiance et les décors jouent un grand rôle… Photo Apocalypse Z

Jouer et dépasser ses peurs, tel est finalement l’objectif d’Apocalypse Z. Et pour ceux qui pensent que c’est très simple, sachez que seulement 50 % des participants finissent au jeu en restant en vie et que près de 10 % abandonnent. Cachés ou transis de peur, ils refusent de bouger et doivent être récupérés dans la zone… Vous avez dit réaliste ?

Apocalypse Z - Site internet : https://www.apocalypse-z.com/

Nicolas Bastide, formateur en survie. Photo DR
Nicolas Bastide, formateur en survie. Photo DR

Nicolas Bastide est formateur en survie. À 40 ans, il a participé à deux reprises à l’ émission Wild sur M6. Sur Apocalypse Z, il apprendra aux participants certains rudiments de la survie en milieu hostile. Interrogé sur la question, il dévoile quelques principes essentiels… qui ne seront toutefois pas utiles pour le jeu dont la durée ne dépasse pas quelques heures.

La règle des 5 C
« Essentiel pour survivre, il vous faut : un cordant (corde), un coupant (une lame ou un couteau), un couvrant (une couverture ou protection pour s’abriter), un contenant (pour récupérer de l’eau) et un combustible (pour faire du feu) »

Garder sa lucidité
« Dans un cas de survie, il faut garder la tête froide. Être conscient des risques, mais également appréhender les choses, ce qui permet de rester sur le qui-vive ».

Attention à la liste des 3
« Un autre principe. Pour avoir une chance de survivre en milieu hostile, il ne faut jamais dépasser la liste des 3 : 3 secondes d’inattention, 3 minutes sans respirer, 3 jours sans boire, 3 semaines sans manger… »

Oser
« Il faut sortir de sa zone de confort, tenter pour s’en sortir ».

Pour les zombies
« Allez, un petit conseil pour le jeu ! Soyez le plus silencieux possible, si vous ne voulez pas que les zombies vous entendent. C’est un gage de survie ! »

Acteurs ou bénévoles, faites votre choix !

Le jeu de survie grandeur nature propose deux possibilités aux personnes qui sont intéressées : joueurs ou bénévoles.

Joueur
C’est simple : une zone infectée de 5 km à traverser pour trouver le refuge des survivants, des énigmes à résoudre, des défis à relever pour rester en vie. Entre 1 h 30 et 2 heures de jeu où l’entraide, l’adrénaline et un soupçon de réflexion seront la clé du succès. Le départ se fait toutes les 5 à 7 minutes, dans des groupes de dix au maximum. Être muni d’une lampe (torche ou frontale) est fortement conseillé…

Bénévole
C’est la seconde possibilité ! L’équipe de bénévoles comprendra 200 personnes pour le jeu et les postes à pourvoir sont nombreux ! Zombies bien sûr, mais aussi acteurs, scientifiques, maquilleurs, photographes, encadrants… Un seul objectif, que la soirée se passe au mieux !

Inscriptions : 35 € par joueur, gratuit pour les bénévoles.

David TAPISSIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?