On a testé pour vous Lyon 1er: de cet escape game de l'horreur, on est sorti (presque) indemne

À la fin de la partie, nous avons posé avec « Amy », qui nous a auparavant terrorisés pendant quasiment une heure.  Photo Progrès /Dark Experience
À la fin de la partie, nous avons posé avec « Amy », qui nous a auparavant terrorisés pendant quasiment une heure.  Photo Progrès /Dark Experience
Photo Progrès /Dark Experience
Photo Progrès /Dark Experience
À la fin de la partie, nous avons posé avec « Amy », qui nous a auparavant terrorisés pendant quasiment une heure.  Photo Progrès /Dark Experience Photo Progrès /Dark Experience

L’équipe de Dark Experience propose depuis le mois de mai, une salle d’escape game d’un genre moins courant en France : l’épouvante. Nous avons testé pour vous leur salle “Amy”, et nous nous sommes plongés au cœur de son histoire terrifiante, inspirée de nombreux films d’horreur. Attention, spoiler : seul l’un de nous deux a eu le courage d’aller jusqu’au bout.

Ne pensez pas que vous pourrez vous endormir facilement après cette expérience. “Amy” y veillera personnellement tout au long de l’histoire. Il faut dire qu’à peine arrivés à l’adresse de l’escape game proposé par Dark Expérience, dans le 1er arrondissement, tout est fait pour entrer en immersion au cœur du monde de cette fillette.

Un monde lugubre, angoissant, pesant, où Amy est décédée peu de temps après la mort atroce de ses parents. À l’intérieur de l’établissement, aucun comptoir, aucune entrée traditionnelle. On pénètre directement dans une forêt hantée, envahie par une brume qui n’est pas des plus rassurantes. Après les instructions du game master Maxime (qui a su nous angoisser avant même le début du jeu), nous pouvons commencer la partie.

« Salle d’horreur. Déconseillée aux personnes sensibles, femmes enceintes et aux moins de 16 ans »

Notre fine équipe est composée de Guillaume, qui a une dizaine d’escape games à son actif, et de Laurène, qui se lance dans le jeu pour la première fois. Sur son site, Dark Expérience annonce « Salle d’horreur. Déconseillée aux personnes sensibles, femmes enceintes et aux moins de 16 ans. » A ce moment là, on se disait encore que ça irait…

Nous voici alors au cœur du manoir qui a connu les événements tragiques de la vie d’Amy. Cette petite fille, on l’a tous vue dans de nombreux films d’horreur. Sauf que cette fois, elle nous crie dessus et nous court après. Dans une ambiance sonore qui nous met dans tous nos états dès la première salle, la petite fille rivalise de procédés pour nous faire peur. L’avancée dans l’intrigue dépend en partie du bon vouloir d’Amy, et gare à ceux qui ne font pas ce qu’elle dit…

Après de nombreux sursauts et des cris de terreurs plutôt aigus, on est bien soulagé d’avoir réussi à s’en sortir. Enfin, presque. Terrassé par la peur, l’un des membres de notre équipe abandonne la partie en cours de route. L’autre doit continuer, seul. Quelques frayeurs plus tard, le jeu est fini, mais il nous faudra encore plusieurs heures pour nous remettre de nos émotions.

Déjà 200 personnes ont quitté le jeu avant la fin

À la sortie, Maxime le game master nous attend. Derrière son écran où il nous a surveillés tout au long du jeu, il a bien ri. Avec les 2 500 personnes qui sont venues tester l’escape game depuis son ouverture au mois de mai , il a vu toutes sortes de réactions différentes chez les joueurs. D’ailleurs, il n’en est pas à son premier abandon : déjà 200 personnes ont demandé à quitter le jeu avant la fin, et le plus souvent en début de partie. Il faut dire qu’entre les décors, les costumes et la musique, l’ambiance créée par Dark Experience est tout simplement terrifiante. « On a poussé l’horreur à fond parce qu’on s’est dit que si ça ne faisait pas vraiment peur, les gens seraient déçus », explique Amy, qui est bien plus sympathique une fois sortie de son personnage.

On vient surtout pour l’expérience. D’ailleurs, les énigmes ne sont pas particulièrement difficiles (heureusement, parce que la peur, ça déconcentre !). D’autres projets de ce type sont en cours, notamment une future salle sur le thème “Ouija”, qui réveillera sans aucun doute nos peurs les plus profondes.

Dark Experience, 4, rue Constantine (Lyon 1er ). De 22 à 39 € par personne.

Guillaume RESIN et Laurène ROCHETEAU

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?