Lyon Cirque du Soleil: comment est né "Toruk, le premier envol"

Grâce à un savant jeu de décors "réels" et de projections, Toruk, le premier envol fait voyager le public sur Pandora.  Photo Le Progrès /Stéphane GUIOCHON
Grâce à un savant jeu de décors "réels" et de projections, Toruk, le premier envol fait voyager le public sur Pandora. Photo Le Progrès /Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Photo Stéphane GUIOCHON
Grâce à un savant jeu de décors "réels" et de projections, Toruk, le premier envol fait voyager le public sur Pandora.  Photo Le Progrès /Stéphane GUIOCHON Photo Stéphane GUIOCHON Photo Stéphane GUIOCHON Photo Stéphane GUIOCHON

Depuis ce mercredi, le cirque du Soleil est à la halle Tony-Garnier de Lyon. Dans sa valise, la toute première française d’un spectacle hors normes de son répertoire. Inspiré de l’univers d’Avatar, Toruk, le premier envol a été conçu avec James Cameron himself. Récit.

Lorsqu’en 2009, Avatar sort sur les écrans, le film révolutionne le monde du cinéma. Rappelez-vous, c’était le premier à faire entrer la 3D 2.0 dans les salles obscures. Ce que l’on sait moins, c’est que pendant la conception de sa saga écolo-fantastique, son génial réalisateur, James Cameron, se rapproche des équipes du cirque du Soleil.

Fasciné par leur travail du mouvement, des corps, il souhaite s’en inspirer pour l’évolution de ses géants bleus, les Na’vis. Les graines du spectacle Toruk, le premier envol , que l’on peut découvrir jusqu’à dimanche 24 février à la halle Tony-Garnier, sont semées.

Cinq ans de préparation
Peu de temps après la sortie d’Avatar , la collaboration entre le cirque québécois et James Cameron se resserre. Il y a d’abord ce documentaire, Cirque du Soleil : Worlds Away (sorti en 2012) que le cinéaste filme. Surtout, les équipes du cirque du Soleil obtiennent le privilège de consulter les archives, travaux de recherches, croquis et autres esquisses du film. Des ressources incroyables pour s’inspirer de l’univers d’ Avatar, pour extrapoler jusqu’à concevoir d’autres parties de la planète Pandora, d’autres clans… Petit à petit, les pièces du puzzle de ce conte mystique, plusieurs milliers d’années avant la rencontre de Jake Sully et Neytiri, s’emboîtent.

Une équipe de treize concepteurs, chapeautée par Guy Laliberté (côté cirque du Soleil), et James Cameron (côté Lightstorm Entertainment) se met au travail. Cinq ans de préparation plus tard, le 21 décembre 2015, la première de Toruk, le premier envol est présentée à Montréal.

Le plus hors normes
C’est que pour transposer sur scène Pandora, les Na’vis et toutes les créatures animales qui la peuplent, les concepteurs doivent repousser les limites techniques et penser à de nouveaux procédés artistiques. Ils ont développé des projections vidéo très sophistiquées pour qu’en un minimum de manipulations, on puisse passer de la jungle au désert, d’un volcan en éruption à l’arbre des âmes. Ils ont également fait appel à de nouvelles disciplines circassiennes, comme le cerf-volant d’intérieur ou le jonglage de boomerangs. Surtout, ils ont révolutionné le processus narratif du spectacle. Ici, les numéros de tissu aérien ou de corde lisse ne sont pas des numéros dans le sens classique du terme. Ils participent directement à la narration de l’histoire, ils sont intégrés à son fil : c’est de la « narration acrobatique ».

De la vingtaine de spectacles du cirque du Soleil qui se jouent actuellement sur la planète, Toruk, le premier envol est le plus singulier du répertoire du cirque québécois. D’autant plus singulier qu’il n’y a qu’une seule équipe qui participe à la tournée mondiale de ce show.

Cerise sur le gâteau, c’est Lyon qui a été choisi pour la première française. Régalez-vous !

> Toruk, le premier envol , jeudi 21 février, 20 heures, puis vendredi 22 et samedi 23, 16 et 20 heures, Dimanche 24 février, à 13 et 17 heures. Tarifs : à partir de 51 €. www.cirquedusoleil.com 

Les chiffres de la démesure

18
C’est le nombre de pays où a été présenté Toruk, le premier envol. La France est le 18e au tableau, et c’est Lyon qui a été choisi pour accueillir cette première française.

112
C’est le nombre de personnes qui composent l’équipe de la tournée de Toruk : 43 artistes, presque autant de techniciens, cinq cuisiniers, des costumiers… C’est la même qui tourne actuellement à travers le monde.

34
C’est le nombre de camions qui ont été nécessaires pour le transport du matériel technique et les décors du spectacle.

1 854 m²
C’est la surface totale des décors et écrans latéraux sur lesquels sont projetés les effets vidéos et multimédia. L’équivalent de cinq écrans IMAX.

16
C’est le nombre de marionnettes qui sont utilisées sur le spectacle. La plus imposante est celle du Toruk, cette créature mythique que Jake Sully parvient à dompter pour combattre les sinistres soldats, dans Avatar.

18
C’est le nombre de cerfs-volants d’intérieur qui sont exploités sur le spectacle. Le plus imposant est celui à traction, de 6 m² , qui vole au-dessus du public.

Céline BALLY

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?