FESTIVAL Les belles promesses du festival Ile Utopie

Tiken Jah Fakoly ouvre en beauté le festival "Ile Utopie", ce jeudi soir sur l'Ile Barbe. / Photo d'archives Frédéric Delhay
Tiken Jah Fakoly ouvre en beauté le festival "Ile Utopie", ce jeudi soir sur l'Ile Barbe. / Photo d'archives Frédéric Delhay

L'Ile Barbe accueille de jeudi à dimanche ce nouveau rendez-vous à haute teneur en groove.

C’est une première qui ne manque pas de panache. Le festival « Ile Utopie » s‘incruste d’emblée dans la liste des rendez-vous estivaux attractifs avec une programmation locale, nationale et internationale riche en bonnes vibrations et un havre de paix en guise de cadre : l’Ile Barbe. « A l’origine, on souhaite faire un festival des îles, sur une île, or il y a 300 000 îles sur la planète donc on a le choix » annonce Frédéric Viallet, un ancien de Jazz à Vienne qui prépare cette première depuis deux ans aux côtés de l’agence lyonnaise D-Facto. « Côté programmation, la ligne directrice c’est ‘’pas de frontières’’ : il y en a pour tous les goûts, pour tous les âges et toutes les esthétiques : on a du reggae, du jazz, de la world-music, de l’électro. Il y a quand même un axe autour de la Jamaïque avec Ernest Ranglin, un des plus grands guitaristes au monde et Tiken Jah Fakoly dont le dernier album, ‘’Racines’’, est un hommage intime à Bob Marley ».

Il y aura aussi une imparable machine à groove basée à New-York, Brooklyn Funk Essentials, des maîtres londoniens de l’electro-hip-hop, The Herbaliser (en Dj set) ou encore Vaudou Game, la nouvelle entité afro-dance du guitariste togolais installé à Lyon Peter Solo.

En résumé beaucoup de « bon son » pour ce festival qui place la barre assez haut dès sa première édition, en attendant d’éventuels soutiens des pouvoirs publics. « On prend de gros risques cette année, car il faut du temps pour installer un tel événement dans le paysage et l’asseoir économiquement » analyse un Frédéric Viallet qui mise quoi qu’il en soit sur le potentiel du site. « On a une jauge de 3000 personnes assez parfaite : ni trop petite, ni trop grande. L’Ile Barbe est un écrin extraordinaire qui permet de retrouver en plein milieu urbain une relation à la nature et à l’eau».

Le lieu avait d’ailleurs fait pendant six ans les beaux jours du regretté « Y Salsa festival », de 2004 à 2009. Frédéric Viallet était déjà de l’aventure en tant que président de l’association organisatrice. Comme quoi il n’y a pas de hasard sur cette « Ile Utopie ».

De jeudi à dimanche, tarifs de 27 à 32 euros selon les soirs. Journée gratuite le dimanche. www.ileutopie.com

Le teaser du festival

Le titre "Gabriel", tiré du dernier album de Brooklyn Funk Essentials (à l'affiche vendredi)

Guillaume Beraud

Votre opinion ?

Les commentaires sont clos.