Éducation Trois écoles de plus pour des élèves toujours plus nombreux à Lyon

Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Guy Charlot, inspecteur académie et Gérard Collomb, maire de Lyon, inaugurent le groupe scolaire Simone-Veil le jour de la rentrée scolaire.  Photo Progrès /Maxime JEGAT
Guy Charlot, inspecteur académie et Gérard Collomb, maire de Lyon, inaugurent le groupe scolaire Simone-Veil le jour de la rentrée scolaire.  Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT
Photo Progrès /Maxime JEGAT Guy Charlot, inspecteur académie et Gérard Collomb, maire de Lyon, inaugurent le groupe scolaire Simone-Veil le jour de la rentrée scolaire.  Photo Progrès /Maxime JEGAT Photo Progrès /Maxime JEGAT Photo Progrès /Maxime JEGAT Photo Progrès /Maxime JEGAT Photo Progrès /Maxime JEGAT

Pour sa visite de rentrée scolaire, le maire de Lyon Gérard Collomb a choisi d’inaugurer le groupe scolaire Simone-Veil, l’un des trois établissements qui ont ouvert leurs portes cette année. Ils sont situés dans les 8e  et 7e arrondissements, des secteurs où la démographie scolaire explose.

S’associer à la rentrée des 289 élèves qui, pour la première fois, ont franchi les grilles du nouveau groupe scolaire Simone-Veil n’est pas le fruit du hasard. En venant inaugurer cet établissement édifié sur le site des anciennes usines Berliet, le maire de Lyon Gérard Collomb, entouré de Guy Corazzol, adjoint au maire en charge des Affaires scolaires et de Guy Charlot Inspecteur d’académie, a souhaité mettre l’accent sur les efforts développés par la Ville pour répondre à un besoin pressant en termes de locaux. Ou plutôt pour suivre un mouvement qui se traduit par une hausse des effectifs, chaque année dans presque tous les arrondissements. «  Lyon attire des habitants, l’enjeu démographique exige de nous une réponse adaptée, indique le maire de Lyon.

38 328 écoliers à la rentrée

Les chiffres confirment la tendance à la hausse. Ce lundi matin, 38 328 enfants ont repris le chemin de l’école, ils étaient 38 011 l’an passé, note Guy Corazzol. Depuis le début des années 2000, « nous assistons à une progression des effectifs d’un peu plus d’1 % par an. Soit environ 380 nouveaux élèves, « l’équivalent d’un groupe scolaire, pour faire simple, résume l’élu. Peu de villes ont cette attractivité ». Les secteurs où la demande explose sont parfaitement identifiés. Sans surprise aucune, il s’agit de Confluence, Part-Dieu, Vaise-Industrie, ainsi que les 7e  et 8e  arrondissements, là où se multiplient les projets immobiliers.

Les enfants de l’école Edouard-Herriot accueillis à l’école Simone-Veil

C’est donc très logiquement que les nouvelles écoles ont vu le jour dans les quartiers les « plus dynamiques ». C’est le cas pour le groupe scolaire Simone-Veil qui héberge 289 élèves (maternelle et élémentaire) ainsi que les 170 enfants de l’école Edouard-Herriot en travaux à la suite d’un incendie. Le groupe scolaire François-Héritier a été construit en pleine zone d’aménagement concerté des Girondins, nouveau quartier de Gerland qui longe l’avenue Jean-Jaurès. D’une capacité de 18 classes, le bâtiment bénéficie d’une cour en toiture qui intègre un terrain de sport et un jardin pédagogique.

Enfin c’est un ensemble provisoire de 11 classes qui a été installé au parc Blandan.

Si l’on ajoute à cela, les travaux d’été, réalisés pour agrandir les locaux ou améliorer le confort thermique ainsi que l’accessibilité des locaux, la Ville de Lyon aura investi 165 millions d’euros dans les écoles entre 2014 et 2020. « Un effort conséquent», dira Gérard Collomb, qui devrait se poursuivre, avec en projet, la réalisation d’au moins sept futures écoles, notamment dans le 9e   arrondissement, à la Confluence et à Mermoz Sud.

Le cap des 200 a été franchi

Lyon compte 204 écoles : 109 maternelles et 95 élémentaires. Soit 1 496 classes au total. Cette année, les services de l’Éducation Nationale ont donné leur feu vert à l’ouverture de 35 classes et à la fermeture de 18 classes. Ce sont des quartiers où la démographie scolaire n’est pas spécialement importante, précise Guy Corazzol. L’école Joliot-Curie (5e) a vu sa 10e classe de maternelle disparaître. Même chose pour les établissements Lamartine et Lucie-Aubrac, dans le 2e  arrondissement.

Dédoublement de classes

C’est l’un des chevaux de bataille du ministère. Le dédoublement des classes de CP en REP concerne 162 classes à Lyon et 978 sur le département, précise Guy Charlot qui parle de résultats «au-dessus de la moyenne nationale» pour cette opération mise en place depuis septembre 2017.

L’école obligatoire à trois ans

Avec l’inscription obligatoire à trois ans, il s’agit pour Guy Charlot, de « tendre la main aux familles les plus fragiles socialement ». À Lyon, et comme le souligne Guy Corazzol, cela se traduit par la mise en place d’un agent territorial spécialisé des écoles maternelle (Atsem) par classe alors que la loi impose un Atsem par école. Selon la Ville de Lyon, 1 821 agents permanents de la Ville de Lyon travaillent dans les écoles.

Rythmes scolaires : le bilan chiffré

Un sondage auprès des enseignants, parents et élèves a été réalisé, afin d’évaluer les rythmes scolaires (semaine de 4 jours) mis en place il y a un an. « C’est un premier retour », indique l’adjoint en charge des Affaires scolaires. Qui nous dit quoi ? 73 % des enfants «se sentent bien et même très bien à l’école», tandis que «70 % des parents trouvent que la nouvelle organisation correspond à leurs attentes et à leur besoin». L’allongement de la pause méridienne (2 h 15) serait selon l'élu « largement plébiscité ».

Finances

La Ville de Lyon affecte 102 M€ au budget de fonctionnement pour l’éducation. 165 millions d’euros contre 160 prévus initialement ont été débloqués sur les investissements pour la période 2015-2020.

Aline DURET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?