Rhône Les lunettes « durables » d’un designer lyonnais

Les lunettes de Stéphane Brusset sont recyclables et sans déchets car fabriquées en 3D. Elles sont réutilisables à vie car réparables à souhaits. Le concepteur a inventé avec son studio de design les attaches aimantées qui ont été brevetées.  Photo Progrès /Sandrine RANCY
Les lunettes de Stéphane Brusset sont recyclables et sans déchets car fabriquées en 3D. Elles sont réutilisables à vie car réparables à souhaits. Le concepteur a inventé avec son studio de design les attaches aimantées qui ont été brevetées.  Photo Progrès /Sandrine RANCY

Un studio de design lyonnais vient de lancer une marque de lunettes innovantes : eco-responsables et à durée de vie illimitée, ces binocles haut de gamme sont fabriqués sur-mesure en 3 D, avec des attaches aimantées pensées par le studio et brevetées.

Quand on parle recyclage, on ne pense pas forcément lunettes. Et pourtant : nos binocles polluent presque tout autant que le textile. Pour leur fabrication mais aussi parce qu’elles sont jetées plus que de raison, alors que sept Français sur dix portent des lunettes et en changent en moyenne tous les deux ans ! Sachant qu’une paire de lunettes en plastique met 400 ans à se dégrader dans l’environnement…

Un Lyonnais a eu la brillante idée de créer des lunettes éco-responsables. « Pendant la crise, j’ai perdu près de 70 % de mon chiffre d’affaires. On a réfléchi et on a décidé de lancer notre propre marque de lunettes. Mais comme le marché est saturé, il fallait qu’elles soient irréprochables. Avec une fabrication qui se soucie de l’environnement, tout en étant modernes, élégantes… », explique le designer, opticien de formation.

Réparables à souhaits

Une innovation à plus d’un titre. D’abord, elles sont fabriquées en 3D, à la demande, donc sans déchets : « D’habitude, quand des lunettes sont fabriquées, toute la matière est jetée. Là avec l’imprimante 3D, on découpe les branches et le nez, on ne jette rien puisque c’est une fabrication additive, c’est zéro gaspi. Et comme c’est à la demande, il n’y a pas de surproduction », détaille le gérant de Jaw Studio. Les branches en métal sont 100 % recyclées et recyclables. Mais la véritable innovation de ces lunettes vient de la charnière d’attache inventée par le studio lyonnais, un assemblage d’aimants dont le concept breveté a vocation à être étendu à l’international : « Elles ont passé le test d’ouverture et de fermeture 100 000 fois, ce qui équivaut à une durée de vie de 40 ans. Elles étaient comme neuves… », confie Sébastien Brusset. Ce qui en fait des lunettes réparables à souhait.

En attendant le showroom

Très légères, les Jam’Vision sont créés sur mesure avec des partenaires haut de gamme comme Mac Laren. « L’idée est que d’ici la fin de l’année, les particuliers puissent créer leurs propres montures sur plan 3D grâce à un logiciel mis à disposition », espère Stéphane Brusset. En attendant, elles peuvent se trouver chez certains opticiens de Lyon (300 euros la monture, entre 290 et 490 euros pour des solaires). Dès la rentrée, Sébastien Brusset compte installer son showroom dans son atelier de sur-mesure situé dans le 9e arrondissement de Lyon.

Sandrine RANCY

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?