Villeurbanne Virginie Santoro : une cheffe cuisinière engagée

Virginie Santoro veut ouvrir un restaurant d’application pour un public en réinsertion  Photo Progrès /Jade LACROIX
Virginie Santoro veut ouvrir un restaurant d’application pour un public en réinsertion  Photo Progrès /Jade LACROIX

La cheffe cuisinière Virginie Santoro a participé au foodtruck solidaire « Des saveurs et des ailes » du 6 avril au 2 mai. Mais ce n’est pas son seul engagement. Elle a comme projet d’ouvrir un restaurant d’application pour apprendre la cuisine à de jeunes migrants.

Virginie Santoro fait partie des six chefs du foodtruck solidaire « Des Saveurs et des ailes » , qui avait pris place devant l’Hôtel de ville de Villeurbanne. La cheffe qui a désormais trouvé sa vocation, n’a cependant pas commencé par la cuisine.

« Cuisiner par amour »

Originaire de Rillieux-la-Pape, elle débute par un BTS comptabilité dans lequel elle s’ennuie vite. Elle décide donc de prendre une année sabbatique et participe à des concours de Cordon-bleu. « En mettant le pied pour la première fois dans une cuisine, j’ai su que c’était là où je voulais être ».

Dans la foulée, elle commence un CAP cuisine et fait un premier stage dans une maison prestigieuse, Le Faisan Doré à Villefranche-sur-Saône. Après avoir travaillé dans plusieurs restaurants, Virginie Santoro se lance seule en tant que cheffe en 2003. « Mais les demandes ne sont pas assez nombreuses, j’ai été obligée d’arrêter cette activité ». Pendant onze ans, elle va alors occuper plusieurs postes dans le social, notamment en tant que responsable d’une structure d’hébergement.

Mais suite à une agression dans cette structure, elle fait un burn-out et est licenciée pour inaptitude. Ce choc la pousse à s’orienter vers l’entreprenariat. « Il y a des moments où on décroche, où c’est difficile. Mais après on trouve les ressources pour reprendre ». Bien plus tard, en 2018, elle crée sa micro entreprise de cheffe à domicile tout en proposant ces services pour des écoles ou des événements. « Ma cuisine est influencée par la Méditerranée, le Maghreb et l’Afrique. Je prône le local, les produits de saison et le bio et je  fais du sur-mesure pour mes client ». 

Un engagement solidaire

La Rilliarde s’est fait accompagner dans ses projets par plusieurs associations comme « Connaissances » et « Positive Planète ». Elle a également suivi la formation incubation d’entreprise de l’association « Entrepreneurs du Monde » comme les six autres chefs du foodtruck. C’est en janvier 2019, elle commence à faire des ateliers avec de jeunes migrants de l’association « Forum réfugiés ». Dans le centre d’accueil d’urgence de la Croix Rousse, ils préparent ensemble les repas des jeunes. « En entendant la volonté de plusieurs d’entre eux de cuisiner, j’ai voulu les aider. J’ai fait l’intermédiaire avec un restaurateur pour qu’il puisse les accueillir en stage. Un partenariat a été fait naturellement avec la mission locale ».

Mais ils rencontrent des difficultés à trouver un emploi de par leur statut. « Alors je me suis dit pourquoi je les accompagne pas moi-même ». Après un temps de réflexion, elle a l’idée de créer un restaurant d’application. Son objectif est de permettre à un public en réinsertion d’apprendre la cuisine. Ce projet occupe désormais la majeure partie du temps de la cheffe. Elle voit même plus loin pour ce restaurant solidaire. « Je rêve de le faire voyager en Afrique de l’Ouest ! ».

Pour en connaître plus sur la cuisine de Virginie Santoro : http://virginie-santoro.fr/

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?