Lyon Huit étudiantes lyonnaises recherchent des commerces pour collecter des protections hygiéniques

Six des huit étudiantes de l’équipe Règles d’Or : Marion, Constance, Cécile, Marie-Bérénice, Noélie et Tess ont récolté ces 23 et 24 avril, 32 257 produits hygiéniques.  Photo Progrès /DR
Six des huit étudiantes de l’équipe Règles d’Or : Marion, Constance, Cécile, Marie-Bérénice, Noélie et Tess ont récolté ces 23 et 24 avril, 32 257 produits hygiéniques.  Photo Progrès /DR

Dans le cadre de leur Master à l’EMLyon Business School, Règles d’Or composée de huit étudiantes sensibilise sur les réseaux sociaux et œuvre bénévolement à la collecte des produits hygiéniques de qualité pour les femmes en situation de précarité menstruelle.

Pas facile en ces temps de crise sanitaire d’organiser des opérations de collecte. Pour preuve, à l’exception de la galerie marchande de Carrefour Écully qui a validé une collecte vendredi 23 et samedi 24 avril, Règles d’Or constituée de huit étudiantes de 20 à 23 ans dont quatre suivent un Master à l’EMLyon Business School, s’est heurtée à des refus auprès du Monoprix des Cordeliers, de Carrefour à Confluence et a dû renoncer provisoirement à organiser des récoltes sur les campus des écoles de commerce.

Dommage car les donateurs se mobilisent : « Ce week-end là, nous avons récolté 1 574 boîtes de protections hygiéniques soit 32 257 produits hygiéniques, en majorité des dons de serviettes hygiéniques, tampons, protège-slips, des lingettes, du gel antibactérien. Sur les 7 000 clients de passage, cela représente 20 % des donneurs, c’est mieux que la banque alimentaire nous a dit la direction », se réjouit Noélie Albert qui tente de convaincre le Carrefour de la Croix-Rousse.

Tous ces produits ont été confiés à Règles Élémentaires, association numéro Un en France de lutte contre la précarité menstruelle, née en 2015.

Très active, l’équipe Règles d’Or réalise une étude de marché pour le wellness center de l’EMLyon (N.D.L.R. : lieu au service du bien-être) afin d’évaluer les besoins en protections hygiéniques des étudiants des différents campus de l’école et de mettre en place une solution adaptée. « Par ailleurs, nous avons noué un partenariat avec Fempo, société française qui commercialise des culottes menstruelles et des maillots de bain menstruels. Il est possible d’avoir moins 10 % sur le site avec le code REGLESDOR10. Le code est valable jusqu’en septembre 2021 », se félicite Lola Bachaud.

Lives, conférences, tables rondes et de solides partenariats

Pour gagner en visibilité, les étudiantes organisent des tables rondes avec des invités aux profils variés. La première, où la précarité menstruelle et les tabous ont été abordés, a eu lieu le 6 avril sur Instagram avec l’antenne lyonnaise de Règles Élémentaires. Le live est toujours disponible en replay sur le compte Instagram (reglesdor_).

D’autres sont prévues en mai. L’une sur le thème « Les règles et le zéro déchet, est-ce possible ? » avec ZoEssentiel, boutique qui propose des produits zéro déchet (créations textiles lavables et fabriquées en France). L’autre, la semaine du 28 mai, journée mondiale de l’hygiène avec la start-up FAVA (site internet www.befava.com), qui vend des protections intimes 100 % bio sur le thème : « La précarité menstruelle chez les étudiants ». Une collecte digitale en Live sur Instagram ou conférence sur zoom est à l’étude avec une cagnotte en ligne où les spectateurs pourront déposer de l’argent convertible en produits en lien avec le Club Périodes.

Enfin l’équipe Règles d’Or mène une politique anti-gaspillage et récupère les protections hygiéniques à la maison non utilisées. Il suffit d’envoyer un message sur Instagram (reglesdor_) ou d’envoyer un mail à reglesdorcontact@gmail.com

Nadine MICHOLIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?