Lyon Un an après, le saxophoniste star du confinement sort son premier titre "à lui"

Photo Progrès/DR
Photo Progrès/DR
Photo Progrès/DR
Photo Progrès/DR
Photo Progrès/DR Photo Progrès/DR

Le saxophoniste lyonnais Sandy Sax avait fait l’unanimité pendant le premier confinement, l’année dernière. Il avait joué depuis son balcon à l’heure d’applaudir les soignants. Un an après, l’artiste qui parcourait les scènes et les clubs du monde entier s’adapte et mise désormais aussi sur les réseaux. Cela lui a aussi laissé le temps de préparer une jolie surprise à son public…

Vous êtes nombreux à avoir assisté à ses mini-concerts, qu’il donnait depuis son balcon à Lyon, lors du premier confinement en mars 2020. Le saxophoniste Sandy Sax avait en effet offert à ses voisins et aux passants quelques minutes musicales pendant treize lives, pour accompagner les applaudissements et remercier les soignants.

Plutôt habitué des scènes internationales et notamment de celle du célèbre Nikki beach, à Saint-Tropez, Sandy Sax avait trouvé un moyen de « partager son art avec son entourage, se rappelle-t-il. Ça a pris de l’ampleur au fur et à mesure des week-ends, un peu malgré moi. Ce n’était pas ma volonté de rameuter les gens en bas de chez moi, je faisais vraiment ça pour mes voisins. C’étaient de beaux moments, juste ma manière à moi d’apporter du soutien au personnel soignant. »

Ses morceaux avaient cartonné, d’autant plus sur les réseaux sociaux, sur lesquels l’artiste les avait relayés. Et cela lui a donné une visibilité encore plus large, lui qui jouait déjà dans de nombreux pays auparavant.

Plus de scènes, davantage de vidéos

Depuis le début de cette crise sanitaire, qui n’en finit pas, l’artiste a adapté sa façon de travailler, se sert encore plus des réseaux sociaux. « C’est important pour nous, artistes, de maintenir le lien avec les gens qui nous suivent malgré cette situation. On peut être vite "oublié". Certains attachaient beaucoup d’importance à la communication numérique, d’autres moins. De mon côté, on le prend beaucoup plus en compte. »

Pas vraiment le choix. Plus de scène, davantage de contenus vidéos et audio. « C’est plus dur pour nous, le travail est différent, on a besoin de sentir l’énergie des gens, ça nous aide. Derrière la caméra, il faut quand même transmettre des choses. On fait plus attention aux détails. C’est formateur », relativise-t-il. « Quand on va retrouver le public, ça sera plus simple ! »

« Les artistes doivent continuer à être optimistes »

Un an après le début des restrictions, Sandy Sax ose espérer un été moins difficile. Il devrait, si tout va bien, apparaître à un festival à Valence, au Grand Prix de Monaco fin mai, peut-être au festival de Cannes reporté à juillet et reprendre sa résidence au Nikki Beach de Saint-Tropez. Il doit également se produire lors d’événements privés à l’international.

« Les artistes doivent continuer à être optimistes, c’est un peu leur rôle, continuer à faire voyager à travers notre musique. »

Une musique surprise

« Les gens ont envie d’évasion. » Et ça tombe plutôt bien. Le musicien s’apprête à dévoiler son premier morceau, le premier qui lui « appartient totalement et qui s’intitule justement Evasion. « J’ai travaillé avec un producteur lyonnais, au studio Anatole, quai Saint-Vincent. Il a reporté mes idées sur le logiciel de composition, précise Sandy Sax. C’est une nouvelle étape, c’est top. »

Le morceau devrait sortir au mois d’avril.

Sandy travaille aussi avec un producteur flamand, il a mis à profit cette parenthèse sur la scène pour nouer des contacts. A découvrir bientôt, restez connectés !

"J'aimerais travailler avec Bob Sinclar"

Né à Clermont-Ferrand il y a 33 ans, Sandy Sax a commencé le saxophone à l'âge de 6 ans. Il est diplômé du conservatoire de Clermont-Ferrand et du conservatoire à rayonnement régional de Lyon (CRR). Il s'établit à Saint-Tropez l'été et à Lyon l'hiver.

"J'adore Lyon. J'ai la chance de beaucoup voyager. Lyon est très bien desservi avec l'aéroport, Paris, Marseille et Genève à deux heures. C'est une ville qui est riche artistiquement parlant, avec de nombreuses écoles réputées comme l'ENM de Villeurbanne notamment pour le jazz, le CRR de Fourvière. Et il y a une grande diversité des établissements de nuit qui collent avec mon registre électro." Registre vers lequel il n'était pas tourné au départ mais qui a su le séduire.

"Il est connu à travers le jazz mais il a explosé en 2013/2014 avec le DJ Bakermat, qui a remis le saxo au goût du jour. Mais il a toujours été utilisé depuis les débuts de la house", précise Sandy Sax.

"J'aimerais travailler avec beaucoup d'artistes, notamment des DJ producteurs français comme Bob Sinclar ou Klingande." Si vous nous lisez...

Virginie FRANCOIS

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?