Lyon Café Sofffa : un endroit cocooning qui fonctionne avec la crise

Jessica, Benoit et Simon : les trois salariés de l’entreprise Sofffa.  Photo Lou VINCENT
Jessica, Benoit et Simon : les trois salariés de l’entreprise Sofffa.  Photo Lou VINCENT
Photo Lou VINCENT
Photo Lou VINCENT
Jessica, Benoit et Simon : les trois salariés de l’entreprise Sofffa.  Photo Lou VINCENT Photo Lou VINCENT

Sofffa, deux slowcafés présents quartier des Terreaux et Guillotière, surfe sur la crise. Accueillant dans une ambiance travailleuse mais chaleureuse des étudiants, jeunes entrepreneurs ou demandeurs d’emploi, Sofffa évolue avec les mesures sanitaires tout en continuant d’étoffer son offre. Reportage sur ce café atypique qui a trouvé son public.

« C’est un lieu de rencontre, un pied à terre pour beaucoup de personnes qui viennent y chercher de l’inspiration, des idées mais aussi de l’échange », confie Jessica Gomez, responsable des deux cafés Sofffa de Lyon.

Le premier, dans le quartier des Terreaux a ouvert il y a près de six ans. S’en est suivie trois ans plus tard l’ouverture de celui à la Guillotière. Mêlant l’ambiance industrielle à celle plus cocooning, habillé à partir de meubles de récupération, cet espace de plus de 200m2 accueille les travailleurs ou les curieux dans une ambiance chaleureuse et conviviale.

« C’est avant tout un lieu de travail, où des étudiants, des jeunes travailleurs ou des demandeurs d’emploi viennent pour construire leur projet », rappelle la responsable. « Mais ce n’est pas un simple endroit de coworking, affirme Jessica Gomez, les gens viennent ici parce qu’on les connaît, qu’ils sont bien accueillis et qu’on prend le temps pour eux ».

 

 Une décoration atypique et chaleureuse pour accueillir les étudiants, travailleurs, télétravailleurs.   Photo Lou VINCENT
Une décoration atypique et chaleureuse pour accueillir les étudiants, travailleurs, télétravailleurs.   Photo Lou VINCENT

 

Un slowcafé alliant détente et travail

Proposant des formules à l’heure, la journée, la semaine ou au mois, Sofffa les accompagne toutes avec des boissons chaudes ou froides à volonté. « La machine à café favorise les rencontres. Ce sont des manières simples et authentiques d’échanger ».

Véritable identité du café, les gens viennent se servir directement au comptoir, en respectant les mesures sanitaires. « On a eu de la chance, beaucoup de notre clientèle est restée fidèle et est revenue après le confinement », confie Jessica Gomez. Assimilant Sofffa comme leur lieu de travail, le slowcafé a pu bénéficier d’un nouveau type de public : les télétravailleurs.

Une formule résident est d’ailleurs mise en place avec des bureaux personnels et sécurisés mis en location pour six mois minimum. « On n’est pas juste un lieu avec de la déco. C’est un peu comme si on recevait les gens chez nous et on est très heureux de pouvoir encore être ouvert », affirme-t-elle, reconnaissante.

Sofffa Terreaux – 17 rue Sainte-Catherine (1er)/Sofffa Guillotière – 27 rue Cavenne (7e).

Les deux sont ouverts du lundi au vendredi de 9 h à 19 h.

Tarifs : 5 € la première heure, 2 € les demi-heures suivantes, 21 € la journée, 80 € la semaine, 192 € le mois. Tarif résident : 300 € le mois.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?