Lyon 3e | Gastronomie Présidents, ministres, acteurs, il a cuisiné pour les plus grands

Christophe Veyrier a ouvert son propre restaurant, rue de la Part Dieu. Un endroit pour manger comme les rois, présidents et ministres qu’il a servi ! Photo Dominique CAIRON
Christophe Veyrier a ouvert son propre restaurant, rue de la Part Dieu. Un endroit pour manger comme les rois, présidents et ministres qu’il a servi ! Photo Dominique CAIRON

Après avoir cuisiné pour de grandes personnalités, le chef Christophe Veyrier vient d’ouvrir son propre restaurant dans le 3e  arrondissement, rue de la Part-Dieu.

C’est un parcours hors norme qui a conduit ce Forezien aux meilleures cuisines. Car Christophe Veyrier, d’un simple CAP de cuisinier, a su s’imposer chez de grands chefs, en France, avant d’ouvrir avec un ami à Saint-Etienne, un restaurant gastronomique, Le Bouchon.

Bill Clinton et Roger Moore

C’est là, qu’une étonnante rencontre va orienter sa carrière : « Je faisais le tour des tables quand un client me tend sa carte, pour me fixer un rendez-vous. C’était un responsable de la Générale de Restauration, devenu Elior, qui cherchait un responsable de la restauration pour Interpol à Lyon ».

Il s’occupe alors de la cuisine pour le personnel de l’organisation (800 couverts), ce qui lui offre une expérience de la restauration collective, sans pour autant abandonner la haute cuisine puisque Christophe Veyrier a été en même temps le chef cuisinier du secrétaire général d’Interpol.

Et c’est ainsi qu’il a pu servir à dîner, aux plus grandes personnalités : Bill Clinton lors du G7 à Lyon ; John Major, premier ministre anglais ; Jean-Pierre Chevènement alors ministre de l’Intérieur ; Roger Moore et Carol Bouquet venus promouvoir leur association en faveur des enfants disparus.

Si Christophe Veyrier savait cuisiner, il a acquis alors une solide expérience dans la gestion d’une collectivité.

Formateur et membre du jury professionnel de l’AFPA

Mais il manquait encore quelque chose à Christophe : « J’avais appris la gestion comptable, des stocks, faire des menus… Mais je n’avais pas vraiment appris à gérer des hommes.

Dans un restaurant, souvent le propriétaire n’est pas cuisinier, mais un gestionnaire, et le cuisinier n’a pas de notion dans la gestion d’un restaurant. D’où des incompréhensions dans un même établissement.

À l’AFPA (1) , j’avais affaire à des gens venus de tous horizons, que j’ai appris à connaître, à motiver et à faire aimer la cuisine », indique Christophe.

Une expérience qui va le conduire à, enfin, ouvrir son propre restaurant. Après deux ans à Perrache, où il ouvre La Movida , un restaurant à tapas, trop exiguë selon lui, il a ouvert en août dernier La Movida 2 , avec une salle de restaurant à la mesure de son talent.

Comme il n’a pas renié son goût de l’excellence, la clientèle répond présente, même si son activité a été en deçà de ses espérances à cause du coronavirus. Mais le talent est là, et l’accueil est à la hauteur de sa cuisine : du meilleur goût !

(1) Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes.

La Movida 7, rue de la Part-Dieu, Lyon 3e.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?