Rhône | Armée Covid : un soutien «  à bas bruit » mais précieux des Armées

Dans la région, entre mars et mai, « on a transbahuté des dizaines de millions de masques, 14 000 litres de gel hydroalcoolique », a quantifié le général Philippe Loiacono, gouverneur militaire de Lyon.  Photo Jérôme MORIN
Dans la région, entre mars et mai, « on a transbahuté des dizaines de millions de masques, 14 000 litres de gel hydroalcoolique », a quantifié le général Philippe Loiacono, gouverneur militaire de Lyon. Photo Jérôme MORIN

Le gouverneur militaire est revenu, mardi, sur l’engagement des Armées, en Auvergne-Rhône-Alpes, entre mars et mai, dans le cadre de l’opération Résilience, pour lutter contre la Covid. Les actions ont été multiples.

« Le militaire, c’est l’homme du chaos, habitué à travailler sous la contrainte », estime le général de corps d’armée Philippe Loiacono.

Le gouverneur militaire de Lyon est revenu, mardi à l’occasion d’un point presse, sur l’engagement singulier des Armées, sur le territoire national, pour lutter contre la Covid, durant l’opération Résilience , entre mars et mai.

En Auvergne-Rhône-Alpes, « on a transbahuté des dizaines de millions de masques, 14 000 litres de gel hydroalcoolique, récupéré du matériel pour le mettre en sécurité et le gardienner […]

Nous avons délivré des masques dans quasiment toutes les écoles du Rhône et de l’Isère. Nous sommes intervenus dans des Ehpad », pour apporter des équipements et parfois y « déplacer des gens dans les mêmes ensembles. On a fait tout ça à bas bruit. »

 

 

Les écoles militaires de santé de Lyon-Bron ont largement été mises à contribution.

« 230 élèves médecins, infirmiers, pharmaciens, aides-soignants » ont prêté main-forte dans des hôpitaux d’instruction des armées, à l’hôpital de campagne de Mulhouse et dans des centres hospitaliers civils.

« Nous sommes allés sur une plateforme SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) - Samu dans l’Ain ». Les militaires ont transporté des patients Covid.

« Nous avons envoyé des unités médicales à Mayotte et au Liban », après la violente explosion à Beyrouth.

Huit personnels de santé sont actuellement mobilisés en Guadeloupe.

« Normalement, les Armées interviennent sur le territoire national selon la règle des 4I », quand les moyens civils sont « inadaptés, insuffisants, indisponibles ou inexistants », a rappelé le gouverneur militaire.

« Nous avions la possibilité de déroger aux règles, avec la ligne rouge de ne pas aller sur le maintien de l’ordre, qui n’est pas notre domaine ».

Demain, en cas d’amplification de la deuxième vague, « c’est la règle des 4I qui prévaudrait ».

 

 

200 militaires touchés par la Covid dans la région

Parmi les quelque 25 000 personnels civils et militaires de la zone de défense et sécurité Sud-Est, une centaine a été testée positive au Covid-19 au printemps, dont « un cas en réanimation » puis une autre centaine a été contaminée depuis, sans nécessiter d’hospitalisation.

Il y a eu « des clusters » par endroits, reconnaît le général. « On reste vigilant. Nous savons que nous allons avoir ici ou là du Covid » mais il faut « qu’on puisse stopper la propagation. On a des unités qui doivent être engagées » sur des opérations extérieures, a rappelé le gouverneur.

« On a pu continuer à s’entraîner, bien sûr différemment », en plus petits comités.

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?