Disparition Qui était Mario Gurrieri, ce Lyonnais «photographe des stars» ?

Mario Guerrieri était connu pour être le photographe des people lyonnais. Photo Progrès/Pierre AUGROS
Mario Guerrieri était connu pour être le photographe des people lyonnais. Photo Progrès/Pierre AUGROS
A 84 ans, il avait rencontré de nombreuses stars. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
A 84 ans, il avait rencontré de nombreuses stars. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
Avec Johnny Hallyday au début des années 60. Photo archives Progrès
Avec Johnny Hallyday au début des années 60. Photo archives Progrès
Claude François et Mario Gurrieri. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
Claude François et Mario Gurrieri. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
Avec Demis Roussos. Photo archives Progrès
Avec Demis Roussos. Photo archives Progrès
Avec Alain Delon. Photo archives Progrès
Avec Alain Delon. Photo archives Progrès
Avec Patrick Bruel et Johnny Hallyday. Photo archives Progrès
Avec Patrick Bruel et Johnny Hallyday. Photo archives Progrès
Mario Gurrieri et Michaël Jones. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
Mario Gurrieri et Michaël Jones. Photo Progrès/Gisele LOMBARD
Avec Sharon Stone. Photo archives Progrès
Avec Sharon Stone. Photo archives Progrès
Mario Gurrieri avec Clint Eastwood. Photo Progrès
Mario Gurrieri avec Clint Eastwood. Photo Progrès
Gérard Collomb lui avait remis la médaille de la Ville.  Photo Progrès/Jean Marc COLLIGNON
Gérard Collomb lui avait remis la médaille de la Ville. Photo Progrès/Jean Marc COLLIGNON
Photo Progrès/Jacques MOUGINOT
Photo Progrès/Jacques MOUGINOT
Photo Progrès/Magali NICOLAS
Photo Progrès/Magali NICOLAS
Mario Guerrieri était connu pour être le photographe des people lyonnais. Photo Progrès/Pierre AUGROS A 84 ans, il avait rencontré de nombreuses stars. Photo Progrès/Gisele LOMBARD Avec Johnny Hallyday au début des années 60. Photo archives Progrès Claude François et Mario Gurrieri. Photo Progrès/Gisele LOMBARD Avec Demis Roussos. Photo archives Progrès Avec Alain Delon. Photo archives Progrès Avec Patrick Bruel et Johnny Hallyday. Photo archives Progrès Mario Gurrieri et Michaël Jones. Photo Progrès/Gisele LOMBARD Avec Sharon Stone. Photo archives Progrès Mario Gurrieri avec Clint Eastwood. Photo Progrès Gérard Collomb lui avait remis la médaille de la Ville.  Photo Progrès/Jean Marc COLLIGNON Photo Progrès/Jacques MOUGINOT Photo Progrès/Magali NICOLAS

Décédé à l'âge de 84 ans, Mario Gurrieri avait fait les premiers clichés de Johnny Hallyday à ses débuts, photographié nombre de stars au Festival de Cannes.

Il était "le photographe des stars", comme on l’avait surnommé à Lyon mais aussi celui des joueurs de l’Olympique lyonnais dont il était fan. Aussi bien de ses copains, des élus de tous bords, mais aussi d’anonymes et même d’enfants. Mario Gurrieri nous a quittés à l’âge de 84 ans. Son décès a été annoncé le jeudi 30 juillet.

 Il ne quittait jamais son appareil photo, et s’était, non sans mal, habitué au numérique ces dernières années.

"Sourissez, sourrissez"

«Sourissez, sourissez», avait-il coutume de dire avant de prendre un cliché. Ces derniers mois, il était fatigué, marchait difficilement mais tenait à être présent aux diverses manifestations.

La disparition de Johnny Hallyday l’avait beaucoup marqué. C’est lui en effet qui en 1958 à Marseille découvrit un jeune chanteur blond qui passait en première partie à l’Alcazar sur le cours Belzunce et lui fit son premier cliché. Durant toutes ces années et au faîte de sa gloire, Johnny ne manquait jamais de faire signe à Mario qui l’appelait «mon petit frère», lui témoignant une amitié indéfectible.

Tout comme Charles Aznavour qu’il suivait au Festival d’Avoriaz, Jean-Paul Belmondo qu’il revit au Festival Lumière, Claude François et bien d’autres, Dalida, Brel, Bécaud…

Né à Bizerte en 1936

Mario Gurrieri est né à Bizerte (Tunisie) en 1936.

À quinze ans, il était projectionniste dans un cinéma. Lorsque sa mère lui offre un Leica, il se met à faire des «photos stop» sur la plage de La Marsa à côté de Tunis. «J’allais ensuite les développer pour les donner aux gens. C’est comme ça que ma carrière a commencé», racontait-il.

A son arrivée à Marseille après l’indépendance tunisienne, Mario reprend le photo stop, part à Nice faire des photos pendant le carnaval avant de rejoindre Cannes pour son premier Festival en 1958.

«On m’a dit Allez ! Viens à Cannes , c’est bien pour toi. Il y a plein de vedettes à photographier.» Mario débarque au festival «sans badge ni accréditation».

Et là, par un heureux coup du hasard, il fait la connaissance de Romy Schneider. «Romy a été ma bonne fée. J’avais 23 ans, elle en avait 18. Elle me faisait participer à ses soirées. J’ai des souvenirs merveilleux, comme d’avoir dansé avec elle. Nous sommes restés en contact jusqu’à son décès.»

Direction Roanne en 1959

En 1959, Mario quitte Marseille pour Roanne car sa sœur habite Lyon. En 1959, il ne retourne pas à Cannes car il vient de se marier. Il recommence à faire des photos dans la rue.

Il retrouvera la Croisette et le festival en 1974. Il se lie alors d’amitié avec Jean-Paul Belmondo, Alain Delon, Marcello Mastroïanni, Federico Fellini… Mario se souvient avec émotion d’une soirée italienne aux Îles de Lérins avec Marcello, Federico, Giuletta Masina… «J’ai chanté avec eux. À l’époque, nous n’étions que vingt photographes accrédités, nous faisions la fête avec les vedettes chaque soir.»

Pigiste au Progrès

La famille s’installe ensuite à Lyon où Mario peu à peu se fait une place, devient pigiste au Progrès, avant de se mettre à suivre chaque année le Festival de Cannes et à côtoyer les stars.

A Lyon, Mario photographie les stars au Palais d’Hiver et dans les music-halls de la ville avant de devenir rapidement le chouchou du show-biz. Des relations privilégiées qu’il explique par son éthique professionnelle : «Les célébrités m’estimaient, car je n’étais pas un paparazzi. Je savais beaucoup de choses, mais ne divulguais rien.»

Médaille de la Ville

Mario a reçu la médaille de la Ville de Lyon des mains de Raymond Barre, celle de Bron où il habite et fut également honoré par Gérard Collomb. Une exposition de ses photos fut organisée à l’espace Ricard à Lyon après le décès de Johnny en hommage au chanteur.

2007 le voit encore à Cannes pour le 60e anniversaire du festival, son dernier festival, au bras de Sharon Stone, notamment.

Son épouse Renée restait dans l’ombre mais veillait sur lui. Heureux grand-père, Mario Gurrieri n’hésitait pas à affirmer que sa star préférée était sa famille.

Il terminait chacune de ses conversations au téléphone par un « Ciao, Ciao », aujourd’hui nous lui disons « Ciao l’ami » !

Gisèle LOMBARD

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?