Environnement Passion zéro déchet avec la boutique en ligne Le Point Green

Justine Byrka et Lydia Kabchou ont créé la boutique zéro déchet Le Point Green.  Photo Progrès /Marion MAYER
Justine Byrka et Lydia Kabchou ont créé la boutique zéro déchet Le Point Green.  Photo Progrès /Marion MAYER

À 26 et 27 ans, Justine Byrka et Lydia Kabchou se sont installées à Lyon pour lancer leur boutique en ligne 100% zéro déchet : Le Point Green. Pour développer de nouveaux produits et des projets pédagogiques, elles ont lancé une campagne de financement participatif.

Saviez-vous que seuls 9% des déchets plastiques étaient recyclés dans le monde ? Quand Justine Byrka, 26 ans, l’a appris en 2018, elle a décidé de bouleverser ses habitudes de consommation. Mais d’abord seulement dans sa vie privée : après des études d’ingénieur, elle a travaillé dans l’industrie pharmaceutique, un milieu qui ne correspondait pas à ses valeurs.

De l’autre côté de la manche, à Londres, sa meilleure amie Lydia Kabchou, 27 ans, travaillait dans la publicité. Elle non plus ne s’épanouissait pas dans son travail, qui consistait à pousser à la consommation. «On a toutes les deux compris qu’il y avait une trop grande incohérence entre nos gestes du quotidien et notre vie professionnelle. Alors on a décidé de prendre les choses en main et de créer notre boutique éthique en ligne», raconte Justine Byrka.

Consommer mieux

Le Point Green est né en octobre 2019 à Lyon. Chaque mois, Justine et Lydia consacrent quelques jours à une boutique éphémère, dans différents arrondissements. Tout est fait pour inciter à passer le pas, avec des prix allant de 1 à 30 euros : brosses à dents et pailles en bambou, savons solides, pierre d’alun, gourdes en inox, culottes menstruelles… «On travaille uniquement avec des artisans locaux et on ne livre qu’une fois par semaine pour éviter de multiplier les allers-retours. Pour nos emballages, on utilise des cartons qu’on récupère dans une boutique partenaire.»

Pour les deux femmes, le zéro déchet est une passion  : «J’ai vécu ma transition vers le minimalisme comme un développement personnel. J’ai trouvé mes valeurs profondes, raconte Justine Byrka, émue. On a maintenant envie de partager nos astuces et surtout de faire comprendre à tout le monde que notre pouvoir d’achat est réel. Il suffit de consommer mieux.»

Alors que la pandémie de Covid-19 a fait ressurgir des habitudes de consommation plutôt tournées vers le jetable, Justine Byrka remarque tout de même que les aspirations de beaucoup de personnes ont changé : «Pendant le confinement, on s’est rendu compte d’à quel point on était dépendants de la grande distribution. Je pense que les gens ont envie de plus d’autonomie.»

Marion MAYER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?