Villeurbanne Miss Small Beauty : la valeur n’attend pas le mètre quatre-vingt

Elisa Blangy, 20 ans et moins d’1m70, licence d’art plastique en poche, étudie l’art de la perruque et du maquillage.  Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE
Elisa Blangy, 20 ans et moins d’1m70, licence d’art plastique en poche, étudie l’art de la perruque et du maquillage.  Photo Progrès /Alain LEYLAVERGNE

Elle a été élue Miss Small Beauty Auvergne-Rhône Alpes. Un concours de miss où il faut mesurer moins d’1m70. « J’ai appris à mieux me présenter, à travailler ma posture, mes propos, mes mots, à faire des discours, » explique Elisa Blangy.

Ce qui a poussé Elisa Blangy à se lancer et se présenter à un casting de Miss Small Beauty ? Un point de vue sur les « canons des nanas canons »… qu’elle ne considère « pas si canons » au regard des contraintes alimentaires et autres souffrances à endurer pour devenir qui reine d’un an, au regard aussi de cette fameuse taille mannequin à atteindre pour pouvoir, tout simplement, se présenter aux concours.

« Pourquoi exiger de mesurer 180 centimètres minimum pour avoir une chance de concourir ? »

Elisa a été choisie pour présider le comité Auvergne-Rhône Alpes : « Le comité National et les comités régionaux défendent des valeurs fortes, à rebours des clichés ordinaires : nous accueillons toutes les femmes quelles que soient les mensurations, quel que soit leur poids. Et surtout la taille : la moyenne pour une femme française c’est 1m63, pourquoi exiger de mesurer 180 centimètres minimum pour avoir une chance de concourir ? Chez nous, pour postuler, il faut mesurer au maximum 1m70. La majorité des femmes entre 18 et 25 ans peut donc se présenter aux castings organisés par Solène Bertin, notre présidente nationale. »

À la ville, Elisa Blangy poursuit ses études en licence d’Arts plastiques, option graphisme : « j’étudie à L’Atelier du Griffon , spécialisé dans la confection de perruques d’exception et dans l’art du maquillage. Petite, j’adorais me mettre en scène. Bon, à l’adolescence, on se transforme. Je suis plutôt devenue très réservée, voire timide. Au collège, puis au lycée, il n’était pas question de défilés, bien sûr. Mais une amie m’a fait connaître le comité qui développait d’autres valeurs. Moi qui me trouvais “rabougrie” sur les photos, j’ai appris à mieux me présenter, à travailler ma posture, mes propos, mes mots, à faire des discours. Et pendant mes études, en Bretagne, je suis devenue maquilleuse du comité. À chaque élection, on m’appelait. J’aidais les filles à se préparer, se détendre, à travailler leurs discours, car c’est là-dessus qu’on sélectionne, pas uniquement sur la façon de marcher. La posture c’est d’abord une affirmation de sa personnalité, et ça se lit dans nos mots, nos regards, notre humanité. »

Pour concourir à Miss Small Beauty : il faut être une femme, avoir entre 18 et 25 ans, et mesurer moins d’1m70.

L’objet principal est de prouver que qu’en dehors des stéréotypes convenus des modes, les femmes peuvent être toutes aussi élégantes et féminines. Les critères de sélection de Miss Small Beauty, sont le sourire, l’allure et la tenue, la maîtrise de soi et l’élocution, la personnalité et la motivation, la créativité et l’originalité. La culture générale est aussi un critère.

L'élection de Miss Small Beauty France 2020 aura lieu le 7 décembre prochain. https://www.facebook.com/events/205556193693895/ 

De notre correspondant Alain LEYLAVERGNE

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?