Street art Lyon 8e: Kalouf apporte de la gaîté sur les murs gris du centre Léon-Bérard

L’immense fresque de l’artiste Kalouf. Sur cette photo prise il y a quelques jours, elle n'était pas encore totalement finalisée.  Photo Progrès /DR
L’immense fresque de l’artiste Kalouf. Sur cette photo prise il y a quelques jours, elle n'était pas encore totalement finalisée.  Photo Progrès /DR

L’hôpital égaye ses murs d’une œuvre magnifique et magistrale de Kalouf. Une œuvre enfantine qui devrait parler et plaire aux enfants malades.

Un renard roux, chapeauté, dans un paysage lunaire, presque féerique… On le voit de loin sur les murs du centre Léon-Bérard. Le gris et le froid ont disparu. La couleur a pris possession de l’endroit… Elle amène de la vie, une dimension culturelle aussi à ce lieu de santé, dédié à la lutte contre le cancer en Rhône-Alpes.

Dès le 23 septembre, Kalouf, street-artiste lyonnais mondialement reconnu pour son talent, à qui l’on doit de plus en plus de murs peints dans la ville et même sur les bus du Sytral , s’est mis au travail pour réaliser une fresque magistrale sur les murs de l’hôpital. Elle raconte un clin d’œil au Petit Prince de Saint-Exupéry, cette histoire dans laquelle l’animal enseigne à l’enfant la valeur de l’amitié. Une œuvre qui prend tout son sens à Léon Bérard avec son unité dédiée aux enfants malades.

« Sortir les malades de leur quotidien »

« La réalisation de cette œuvre sur notre bâtiment est l’occasion de refléter l’image de Léon Bérard, un hôpital dynamique, innovant et avec de fortes valeurs humaines. Mais c’est aussi et surtout l’opportunité de faire découvrir le street art aux malades et leur entourage, de les sortir du quotidien en leur communiquant un mur de couleurs et de joie », affirme Nathalie Blanc, chargée de communication du Centre Léon-Bérard qui ajoute : « C’est Kalouf lui-même qui a trouvé le mur où il souhaitait réaliser son œuvre et nous avons tout de suite accepté ce projet » financé par 6e Sens Immobilier dont le président Nicolas Gagneux est féru de street art.

Débat autour de l’œuvre, sur le trottoir

Pendant ce temps, Kalouf, plutôt discret, profite de son travail en plein air pour échanger avec les habitants, les passants et les curieux. « Peindre en extérieur me permet d’échanger en direct avec les passants, dit-il, de créer un lien social que je ne retrouve pas forcément en travaillant dans un atelier. J’aime connaître leur sentiment sur la peinture, ça nous amène parfois à débattre. La création en milieu ouvert attire l’attention, questionne, suscite des réactions. des échanges qui nourrissent l’artiste pour faire progresser son œuvre, et donne du sens à l’espace public. »

Centre Léon-Bérard, 28 Prom. Léa et Napoléon Bullukian, Lyon 8e.

De notre correspondant Dominique CAIRON

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?