Enseignement Ses cours de maths font un carton sur Youtube

Photo M. F.
Photo M. F.

Sophie Guichard compte 17 500 abonnés sur sa chaîne Youtube dédiée aux mathématiques.

Il n’y a pas que des tutos maquillage, bricolage et des clips musicaux qui font un tabac sur Youtube. Les “capsules” mathématiques de 3 minutes réalisées par Sophie Guichard fédèrent aussi de nombreux “fans”.

Depuis 2012, cette enseignante concocte des petites vidéos dédiées à l’apprentissage d’une règle ou à la résolution d’un problème. Samedi Cédric Villani, mathématicien et député LREM, lui a remis la médaille de chevalière de l’Ordre national du mérite, titre octroyé par le ministère de l’Éducation l’an dernier. La cérémonie s'est déroulée à la mairie du 5e arrondissement lyonnais, pas loin du lycée Branly où elle enseigne.

Sur www.mathenvideo.fr/, le site de Sophie Guichard, on trouve des fonctions, des fractions, des équations et autres calculs expliqués de façon simple et efficace. Depuis 2012, l’agrégée a réalisé 1 600 mini-cours de mathématiques ! Sa chaîne Youtube compte 7 500 abonnés et compile 4,6 millions de vues, à un rythme de 7 000 par jour actuellement.

Ça a fait “tilt”

Pendant une dizaine d’années, Sophie Guichard a été une enseignante “classique”. « J’ai commencé par un concours de circonstances », sourit-elle. « D’une part je suis devenue maman, ce qui m’a donné l’occasion de poser un nouveau cadre à la manière dont un enfant peut évoluer, en étant davantage acteur. D’autre part, mon conjoint a un jour lancé une tente qui se déplie toute seule au milieu du salon. Pour la replier, on a regardé une vidéo et ça a fait tilt », poursuit-elle. « Je me suis mise à créer mes premières vidéos. »

L’encouragement est venu de ses élèves de BTS. « Je leur avais transmis et j’ai vu que ça leur parlait. Ils retenaient mieux. » Depuis six ans, la jeune femme continue donc à fabriquer ses “capsules” mathématiques avec une tablette graphique puis elle les poste sur Youtube. Elle les utilise aussi systématiquement en classe et forme d’autres enseignants à cette pratique.

« Les élèves travaillent avec les vidéos. C’est particulièrement utile avec des BTS, qui ont des niveaux et des besoins différents. Par exemple, l’un de mes élèves a pu faire tout le programme des deux ans en une année. J’ai pu travailler avec lui, la deuxième année, pour qu’il rentre en classe préparatoire. Avec un cours ordinaire, cela n’aurait pas été possible. »

Désormais, les lycéens ne font pas que “piocher” dans la base de vidéos. Ils en fabriquent eux-mêmes. « On a compris quand on est capable d’expliquer. C’est ce que je leur demande, avec un cadre : énoncé, résolution, conclusion. Si c’est juste, c’est publié sur la chaîne. Si c’est faux, c’est renvoyé à l’expéditeur. »

Le prix PEPS l’an dernier (Passion enseignement et pédagogie dans le supérieur) pour récompenser son engagement dans la transformation des pratiques de formation. Le titre de chevalière des mains de Cédric Villani, qui fut son enseignant à l’ENS.

Sophie Guichard est-elle comblée ? « Ce sont des récompenses […] et c’est une jolie boucle de recevoir cette distinction de celui dont j’ai été l’élève », apprécie-t-elle. Toujours est-il que tout ce travail est réalisé avec les moyens du bord.

Les élèves travaillent avec les vidéos. C’est particulièrement utile avec des BTS, qui ont des niveaux et des besoins différents

Sophie Guichard, enseignante

Muriel FLORIN

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?