Commerce Âgés de 21 ans, ils ouvrent une boutique de confiserie unique à Lyon

Florine Moreno et Nicolas Leider, gérants de Mr Simms / photo Michel Nielly
Florine Moreno et Nicolas Leider, gérants de Mr Simms / photo Michel Nielly

Florine et Nicolas viennent d’ouvrir une boutique de l’enseigne Mr Simms, rue de la Barre (Lyon 2).

Titulaires d’un master économie et management de l’inseec de Lyon, Florine Moreno et Nicolas Leider, âgés de 21 ans, viennent d’ouvrir l’enseigne Mr Simms au 5, rue de la Barre (Lyon 2).

 

Une première à Lyon

 

« C’est lors d’un stage en Angleterre que j’ai découvert ce concept de confiseries internationales à l’ancienne. Avec Nicolas, j’ai eu l’idée de concrétiser ce concept à Lyon », explique Florine, dont le dynamisme et le sens des relations sociales sont évidents.

 

« Accompagnés par un de nos professeurs et une experte, puis soutenus financièrement par la Région, nous avons rencontré Roger Grimwood, le lanceur de ce concept en France. Il tient à favoriser, quand c’est possible, les jeunes se lançant dans le commerce », souligne Nicolas.

 

Avec neuf cents références sur 15 m², Mr Simms est une première à Lyon. Du chocolat à la barbe à papa, en passant par les produits sans sucre ou sans gluten, le magasin est ouvert sept jours sur sept, de 10 heures à 19 h 30. Le rêve de Florine et Nicolas ? En faire une affaire de famille et la développer en région.

 

> Mr Simms 5, rue de la Barre Lyon 2e. Tél.09.86.09.46.03.

Roger Grimwood : « Priorité aux étudiants et aux chômeurs »

« Je m’occupe du développement en France de ce concept anglais, je suis attentif aux jeunes étudiants et aux chômeurs de 30 à 45 ans. Ce sont mes premières cibles en termes de recrutement. À Nancy, il y a un an, puis à Metz en novembre et maintenant à Lyon, ce sont des jeunes étudiants qui ont été retenus pour ouvrir cette enseigne », explique Roger Grimwood, le lanceur de ce concept en France et chef d’entreprise en Lorraine.

 

« Leur volonté d’investissement, l’engagement de leur environnement estudiantin, celui de leur famille et le sérieux des aides financières ont fait pencher la balance de leur côté. C’est une grande joie pour eux, et pour moi ».

Votre opinion ?

Les commentaires sont clos.