Lyon Baptiste Pignol : « L’approbation de mon père est essentielle »

Jean-Paul Pignol et son fils Baptiste, titulaire d’un bachelor Arts culinaires et management de la restauration, qui compte bien faire perdurer ce célèbre nom.  Photo Progrès /DR
Jean-Paul Pignol et son fils Baptiste, titulaire d’un bachelor Arts culinaires et management de la restauration, qui compte bien faire perdurer ce célèbre nom.  Photo Progrès /DR

Le fils de Jean-Paul Pignol a, comme son père, l’ADN d’un entrepreneur. Après avoir travaillé dans différents restaurants étoilés, Baptiste Pignol, 25 ans, a intégré, voici tout juste un an, l’entreprise familiale. Il nous livre quelques confidences sur son père et sa famille.

Est-ce que votre père Jean-Paul Pignol a, d’une certaine manière, façonné votre identité ?

« Il m’a transmis une valeur essentielle, celle du travail et je me suis forgé sur cette conviction que le travail apporte émancipation, épanouissement et bonheur. »

Comment viviez-vous sa renommée lorsque vous étiez enfant ?

« Avec une certaine fierté. Je savais qu’il était connu car il arrivait souvent que l’on me demande si j’étais son fils lorsque je donnais mon nom. De la même manière, j’étais fier de mes grands-parents qui ont créé la pâtisserie de la rue Émile-Zola. Mais cependant bien conscient que je n’avais moi-même encore rien fait, que j’avais tout à prouver. »

Cherchez-vous son approbation dans les choix que vous faites ?

« Son approbation est essentielle. Je suis encore trop jeune dans l’entreprise pour avoir la prétention d’être capable de décider de tout. J’apporte sûrement une certaine dynamique mais j’ai encore besoin de ses conseils comme de ceux de ma mère d’ailleurs. Elle travaille dans l’ombre mais fait vivre la Maison Pignol au même titre que mon père. Ils ont tous deux l’expérience des produits, de l’évènementiel, des restaurants. Nous discutons beaucoup et nous prenons les décisions ensemble. »

Quels souvenirs heureux avez-vous vécus avec votre père ?

« J’ai toujours adoré le football et pour me faire plaisir, il m’emmenait à tous les matchs de coupe d’Europe de l’Olympique Lyonnais au stade de Gerland. C’étaient des moments que nous ne partagions que tous les deux. »

Avez-vous l’impression d’avoir un devoir envers ce nom que vous portez ?

« Bien sûr ! Celui de le faire perdurer. Vital Pignol, mon grand-père, a édifié les fondations de la Maison Pignol. Mon père a construit la maison. Je me chargerai du jardin. J’ai envie d’un grand jardin ! »

C’est une belle image ! Et avez-vous un regret ?

« Avec un peu d’humour, je répondrai celui de ne pas avoir de petite sœur. »

Qu’aimeriez-vous dire à votre père que vous ne lui avez peut-être pas dit ou pas assez ?

« Que je l’admire pour sa force de travail extraordinaire ainsi que pour sa force mentale. Je ne dirai jamais assez merci à mes parents pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. »

Site web : www.pignol.fr

De notre correspondante locale, Laurence PONSONNET

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?