Rhône | Société Les bouchons lyonnais vendent des tabliers pour ne pas être oubliés

L’argent issu de la vente des tabliers sera reversé aux associations de restaurateurs.  Photo Progrès/DR
L’argent issu de la vente des tabliers sera reversé aux associations de restaurateurs.  Photo Progrès/DR

Après l’annonce du Premier ministre de maintenir leurs établissements fermés jusqu’à mi-février au moins, les Bouchons Lyonnais ont trouvé une autre manière de garder le lien avec les clients.

Ce n’est pas tout de suite qu’on pourra à nouveau déguster des gratons, de la cervelle de canut ou du saucisson brioché sur les nappes à carreaux des bouchons lyonnais…

Une manière originale de faire parler d'eux

Le Premier ministre Jean Castex a confirmé que les restaurants resteraient fermés au moins jusqu’à mi-février. D’ici là, les restaurateurs membres de l’association Les Bouchons Lyonnais tentent de maintenir le lien avec les adeptes de la gastronomie lyonnaise. Et ils ont trouvé une manière originale de faire parler d’eux.

Fabriqués dans la région

En s’associant à l’initiative « Je ne rends pas mon tablier », portée par l’association Les Hauts Parleurs, les gérants de bouchons vont se mettre à vendre des tabliers de cuisine. De quoi se mettre aux fourneaux sans danger. Et surtout d’afficher ses couleurs en soutien aux petits commerçants.

 « Je ne rends pas mon tablier », le cri du cœur des restaurateurs lyonnais.   Photo Progrès /DR
« Je ne rends pas mon tablier », le cri du cœur des restaurateurs lyonnais.   Photo Progrès /DR
 Les tabliers sont fabriqués dans des ateliers de la région.   Photo Progrès /DR
Les tabliers sont fabriqués dans des ateliers de la région.   Photo Progrès /DR
 « Je ne rends pas mon tablier », le cri du cœur des restaurateurs lyonnais.   Photo Progrès /DR  Les tabliers sont fabriqués dans des ateliers de la région.   Photo Progrès /DR

Les tabliers, à l’effigie de l’association Les Bouchons lyonnais, sont fabriqués dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Ils sont en vente par le biais d’une campagne participative sur la plateforme Ulule. Il est possible de contribuer au projet en faisant un don afin de rendre l’initiative viable financièrement. « Cette action a pour but d’unir commerçants et citoyens », explique Antoine Robin, à l’origine de l’opération.

Les bénéfices redistribués à des associations

La totalité des bénéfices de ces ventes est redistribuée vers les associations des professionnels et petits commerçants impactés par les fermetures des établissements. Pour chaque tablier vendu 35 €, 10 € sont reversés à l’association Les Bouchons Lyonnais ou une autre association du secteur sélectionnée sur le site par Les Hauts Parleurs

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?