Rhône Lyon : des chefs s’installent dans un restaurant mobile en ville

Thomas Zimmermann, cofondateur de Lyon Street food festival, a loué au collectif organisateur  cette caravane Airstream pour accueillir les chefs.  Photo Progrès /DR
Thomas Zimmermann, cofondateur de Lyon Street food festival, a loué au collectif organisateur cette caravane Airstream pour accueillir les chefs. Photo Progrès /DR

Des chefs locaux se fédèrent autour d’une action commune. Objectif : faire découvrir leurs spécialités dans un autre espace que devant leur restaurant. Du 5 au 20 janvier, ils se relayeront dans une caravane installée dans le 6e d’où ils remettront des repas gastronomiques commandés en amont.

« Dans la conjoncture où on nous empêche de travailler, je pense que c’est une très bonne idée de fédérer des générations différentes de chefs lyonnais qui proposent des cuisines variées. C’est important aussi de redonner le goût du travail à chacun. Ça devient compliqué de ne rien faire et de rester chez soi. On a fait un peu de vente à emporter en décembre mais ça ne remplace pas notre activité de base et ça ne représente pas le mois de décembre habituel qui est important pour nous. »

Que de la bonne chère, pas de junk food

Christophe Marguin est chef et propriétaire du restaurant Le Président, dans le 6e. Il fait partie des chefs locaux qui participent à l’opération la Caravane solidaire, organisée par un collectif d’acteurs locaux de la gastronomie, du 5 au 20 janvier. Chaque jour de l’opération, un ou deux chefs différents seront présents dans la caravane installée pour l’occasion place Maréchal-Lyautey dans le 6e. Ils remettront leurs plats à emporter aux clients qui ont commandé un repas.

Une chocolaterie et seize restaurants

Une chocolaterie et seize restaurants seront représentés. Avec chacun ses spécialités : menu lyonnais pour le bouchon Daniel et Denise, italien pour le bistrot Frazarin, chocolats raffinés pour la Maison Bernachon, plats gastronomiques pour le restaurant Christian Têtedoie, etc. Que de la bonne chère. Pas de junk food.

« Notre objectif : que les plats ressemblent le plus possible à ceux qu’on aurait servis au restaurant »

Christophe Marguin occupera la caravane le temps d’une soirée, le 14 janvier. « On va proposer un menu qui reprend les bases habituelles de nos plats mais il sera adapté à la vente à emporter (tenir compte de l’emballage, de la remise en température, etc.). Notre objectif : que les plats ressemblent le plus possible à ceux qu’on aurait servis au restaurant. On proposera notamment une entrée avec de la truite de l’Isère. Pour cette opération, on a voulu faire travailler nos producteurs locaux. Comme nous, ils souffrent beaucoup de la situation sanitaire. »

« Redonner à nos clients un peu de bonheur avec nos plats »

Pour Béatrice Grandgeorge, l’une des coordinatrices de l’action, c’est avant tout une opération solidaire. « Elle permet à des chefs lyonnais de présenter leurs plats à une clientèle plus vaste et de les faire découvrir dans un autre lieu que devant leur établissement (depuis le Covid certains proposent le click and collect). C’est aussi l’occasion de les regrouper dans une opération conjointe. Elle s’inscrit dans une période de crise sanitaire excessivement difficile pour les restaurateurs. »

Christophe Marguin précise : « Nos clients n’ont pas la chance d’aller au restaurant depuis longtemps et ça leur manque autant qu’à nous de les voir. Ce projet nous permettra de les retrouver et de leur redonner un peu de bonheur avec nos plats. »

Retrait des menus commandés du 5 au 20 janvier, de 17 à 20 heures. Liste des chefs participants, des menus et du mode de commandes à découvrir sur la page Facebook de Coz Mag ou sur le site de l’association Les Toques Blanches Lyonnaises.

Arnélia SIMIER

Votre opinion ?

Connectez-vous pour commenter

Vous n’avez pas encore de compte ?